Publié le 22 Octobre 2016

 

 

les nuits commencent à être froides...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 22 Octobre 2016

JPEG - 110.7 ko

 

Alors que cela fait plus de dix ans que j’ai commencé dans la vie monastique, le Père Abbé m’a appelé, il y a quelques semaines, à devenir prêtre. Qu’est-ce que cela peut-il bien signifier pour un moine, “être prêtre” ?

Lorsque je suis entré au monastère, le 26 novembre 2005, c’était pour devenir moine, c’est-à-dire pour me consacrer totalement à Dieu dans une vie de retraite et de solitude, de prière et de louange, une vie cachée et sans autre témoignage public que celui de cette vie monastique, menée avec fidélité et persévérance. Lorsque j’ai fait profession monastique, le 21 mai 2009, que j’ai scellé pour la vie mon engagement, c’était avec le désir de devenir un vrai contemplatif, un ami de Dieu, un disciple qui se laisse instruire par le Maître doux et humble de cœur.

Que porterai-je, en mon cœur, lorsque le 1er novembre prochain, notre évêque m’imposera les mains et prononcera sur moi la prière consécratoire qui fera de moi, qui n’ai vraiment pas l’impression d’en être digne, un prêtre du Seigneur Jésus-Christ ? Un prêtre un peu spécial, qui n’aura ni ministère ni apostolat ni paroisse ni aucune charge pastorale, alors qu’aujourd’hui tant de nos frères et sœurs en manquent. S’agirait-il d’une promotion, d’une dignité ? Sûrement pas, même s’il s’agit d’une marque de confiance qu’il faut recevoir avec humilité. Est-ce une trahison de mon idéal monastique et de cette tension contemplative qui est à la racine de mon appel ? Pas davantage, car cette ordination n’est pas appelée à relativiser ou à amoindrir ma vie monastique mais plutôt à la renforcer en s’harmonisant avec elle en vue d’une plus grande croissance spirituelle, en harmonie avec le don reçu, qui est aussi une charge et une responsabilité plus grande.

Être moine prêtre, c’est témoigner – en particulier en ces temps où les tâches du ministères dévorent nos frères prêtres diocésains parfois jusqu’à l’épuisement – que la participation au sacerdoce du Christ, reçue par l’ordination, n’est pas d’abord quelque chose à faire mais une manière d’être pour le Christ, seul prêtre, seul médiateur entre Dieu et les hommes. Car le service, le ministère auquel le prêtre se consacre n’est pas un métier, un job (même à temps archi-plein) mais une offrande de lui-même, en union avec le Christ crucifié et ressuscité. Le sacerdoce monastique n’est donc pas un gâchis ni un larcin au détriment de l’urgence de la mission et de l’évangélisation. Dans la prière, dans l’offrande quotidienne du sacrifice eucharistique, dans sa vie de charité, le moine prêtre prend sa part du ministère de l’Église et participe à l’édification du corps du Christ. Et le Père, qui voit ce qu’il est et ce qu’il fait dans le secret, en détermine la fécondité selon son bon vouloir et le bien de toute l’humanité.

Merci de votre prière pour moi ce 1er novembre 2016. Merci aussi de votre prière pour tous les moines, moniales, religieux et religieuses de notre diocèse qui ne cessent de vous confier à la miséricorde du Seigneur, ainsi tous les habitants de la Sarthe. Faites de même pour nous, car nous en avons tout autant besoin.


fr. Emmanuel Vaillant,


moine de Solesmes

avec l'assurance de nos prières . toutes nos félicitations ; priez pour moi.

Philippe.

diocèse du Mans

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 22 Octobre 2016

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

programme

 

Misi Boros est un pianiste « pur jus » de l'école hongroise. Il n'a que 12 ans et l'on parle partout de lui comme d'un virtuose. Entendez par-là que lorsqu'il joue, il est un musicien à part entière, artiste capable de sentir, de faire ressentir et de transcender la musique qui le traverse. Ceux qui le croiseront ne manqueront pas d'être attendris par ce piano a priori « trop grand pour lui » mais se laissant aller comme il se doit à l'écoute de quelques œuvres de Liszt, Chopin ou Debussy, ne tarderont pas à oublier cette impression subjective de taille. Réaliseront que celui qu'ils pensaient être une miniature de musicien, est déjà un musicien.

la nouvelle république

Si, au mois d’août, vous étiez encore à Nohant, nous pourrions réaliser notre ancien projet de Festival à Châteauroux. » (Franz Liszt à George Sand, 30 mai 1844)

Depuis 2002, les Lisztomanias de Châteauroux donnent vie au projet du compositeur. La quinzième édition des Rencontres Internationales Franz Liszt qui se déroule du 24 au 29 octobre 2016, a pour thème "Les 4 âges de Liszt". Cette année, le festival propose "une large vision de Liszt et de son art prolifique, de sa jeunesse à sa mort, de Paris à Budapest, en passant par le Berry romantique de George Sand, celui-la même qui avait inspiré au compositeur hongrois son projet de festival à Châteauroux (une exposition franco-hongroise retracera ce parcours).

Ainsi nous accueillerons à la fois un jeune prodige hongrois de 12 ans, Misi Boros, et le pianiste britannique Leslie Howard, le seul pianiste au monde ayant enregistré l’intégrale de l’œuvre de Liszt (plus de 100 CD) ! Il évoquera avec Nicolas Dufetel ce défi unique et prodigieux. Bruno Rigutto, François-Frédéric Guy, Michel Dalberto, l’Orchestre de Tours, Dimitri Naïditch, Henri Demarquette, Nicolas Dautricourt, Karol Beffa, Vassilis Varvaresos, Aline Piboule, Félicien Brut, Romain Hervé, Jean-Baptiste Fonlupt, Simon Ghraichy, Olivier Besnard, complèteront la programmation de cette édition, de Bach au jazz, du cinéma à l’accordéon, de Liszt au XXe siècle …

Nous n’oublierons pas le prestigieux voisin de Nohant et l’ami de Liszt, Frédéric Chopin ; ainsi, le spécialiste renommé du musicien polonais, Jean-Jacques Eigeldinger, relatera les relations entre ces deux titans du piano romantique ; alors que Philippe André nous montrera en quoi la vie et l’œuvre de Liszt ne forment qu’un immense arc visionnaire ; tandis que Luigi Verdi nous en dévoilera les multiples visages cinématographiques…" indique Jean-Yves Clément, Directeur artistique fondateur du festival.

Unique en Europe, le Festival des Lisztomanias est un hymne à la musique romantique, offrant un programme riche en conférences, spectacles littéraires et musicaux, masterclasses, impromptus et concerts donnés par des artistes de renommée internationale. Durant 6 jours, Châteauroux vit au rythme du grand compositeur grâce au soutien, entre autres, du Département de l'Indre

SOURCE

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 22 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 22 Octobre 2016

 

c'est joli Madrid à Noël ! reposant, magnifique . je ne connaissais pas. j'aimerais bien y retourner. je vais lui demander une photo dédicacée, non mais.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2016

http://evrikak.ru/wp-content/uploads/2016/06/3-10.jpg

 

   Un petit enfant dort dans le calme de son berceau. Approchons: n'éveillez pas le petit enfant, ne dérangez pas les Anges qui veillent sur lui.

  Regardons dans l'âme de ce petit enfant. Un temple, un sanctuaire.

   Oh! que c'est beau, que c'est bien bâti! Le baptême réussit toujours, les baptisés ne sont jamais difformes, mais complètement constitués.

   Avez-vous remarqué l'empressement de Dieu dans la constitution de l'être surnaturel en ce petit enfant?

   Il porte silencieusement son trésor. Quel trésor?

  Dans les profondeurs de son âme: la grâce de Dieu, le principe d'une vie nouvelle qui n'est comparable qu'avec la vie de Dieu.

  Si cet enfant venait à mourir, il se présenterait aussitôt au Paradis comme chez lui: " C'est Dieu ici? "

Alors c'est chez moi.

dom Delatte

 

patience Louis plus que deux mois !

 

My birthday is in Christmas en Madrid ! veinard Mattéo ! [:malavita:1]

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2016

 

 

 

 

photos petit placide .

 

Lire la suite

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2016

Photo AFP

 

[:malavita:1]

ils viennent de Sébastopol...

 

source le télégramme

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2016

© Pierre Le Corf / Facebook

© Pierre Le Corf / Facebook

 

 

Partageant le quotidien des habitants d'Alep, Pierre Le Corf s'interdit de...

 

.

Depuis février 2016, Pierre Le Corf vit à Alep, en Syrie. À vingt-sept ans, le Français est à la tête de l’ONG humanitaire We Are Superheroes. Depuis la partie ouest de la ville plus peuplée du pays, il nous raconte sa vie au sein du conflit. Conditions humaines, sanitaires ou politiques, plongez dans la vraie Syrie d’aujourd’hui. Sans filtre.

 

 

 

 

Pierre Le Corf, 27 ans, originaire de Vannes, s'est installé à Alep, la ville martyre syrienne, il y a huit mois. À la tête d'une petite organisation humanitaire, il vient au secours de ceux et celles qui n'ont pu fuir la guerre. Ces dernières heures, nous avons réussi à le joindre, par téléphone, alors qu'il se trouvait à 200 m de la ligne de front.

Si le jeune homme est motivé par la découverte, il l'est aussi par l'envie de venir en aide à ceux qu'il appelle les superhéros du quotidien. « Des gens qui aident leur prochain qui font bouger les lignes. Qui accomplissent, en toute humilité, de grandes choses pour eux et pour les autres ». Ces gens-là, Pierre veut les rencontrer et s'en inspirer. Et construire des programmes sociaux dans le cadre de son organisation « We are Superheroes » (*). Débute alors pour lui, un très long périple qui le mènera sur les cinq continents. Dans les zones les plus risquées. Et sans protection particulière. « J'ai séjourné en Afrique du Sud, dans les bidonvilles de Soweto. Mais aussi en Turquie, en Russie, à Bombay et New Delhi en Inde. Au Mexique et en Argentine, j'ai côtoyé des membres de gangs repentis ». Partout, grâce à son organisation, il a tenté d'apporter sa pierre à la reconstruction humaine. « Il y a quelques mois, j'ai été contacté par Benjamin Blanchard - le cofondateur de SOS Chrétiens d'Orient - pour intervenir en Syrie. C'est comme ça que je suis arrivé à Alep ».
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2016

à quoi on pense en se levant quand même ! , loin des fous. ma vitamine C du matin . et la journée est belle.

mon vaccin. après on peut même aller les regarder (vaut mieux éviter mais bon!)  on n'est pas contaminé. Par les temps qui courent autant s"en protéger.  pire que la grippe.

 

[:malavita:1]

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0