Publié le 27 Mars 2018

en union de prières avec tous nos amis.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Mars 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 26 Mars 2018

"Je n'ai pas soustrait mon visage aux outrages et aux crachats. "

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 26 Mars 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Mars 2018

Sur le mont des Oliviers, il pria, s’adressant au Père :
Père, s’il est possible,
que ce calice passe loin de moi.
L’esprit sans doute est ardent,
mais la chair est faible.
Que votre volonté soit faite.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Mars 2018

bonne et sainte semaine à tous.

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 25 Mars 2018

RCF Anjou à Solesmes pour ouvrir la semaine Sainte 2018

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 24 Mars 2018

 

Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame

sincères condoléances aux chanoines. de Lagrasse.

La France entière a salué son héroïsme et l’incroyable don de sa vie. Il est le nom qui nous rappelle que rien n’est acquis sans sacrifice, mais que notre civilisation n’est pas morte. 

 

Il y a quelques années, Arnaud Beltrame était revenu à la religion catholique. Il avait rencontré le père Jean-Baptiste en visitant son abbaye de Lagrasse, et avait sympathisé avec lui. Hier soir, c’est ce prêtre qui a accouru à l’hôpital, pour donner à Arnaud l’extrême-onction, le sacrement administré à l’heure de la mort pour implorer les largesses de Dieu...

Les Français ont reçu un modèle.

Les catholiques aussi. 

Le lieutenant-Colonel Beltrame est ce visage qui réveille une fierté française et qui rappelle sans doute que là où est son trésor, là aussi est son cœur... 

aleteia

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 24 Mars 2018

 

il en veut un pareil father Bartov pour la forme extra ... !!!! ça lui irait bien . je vais me faire baniwaïste , sont peut-être heureux !

Le samedi 17 mars a été un jour historique pour les Baniwa, l'un des peuples autochtones du Brésil, après qu'un de leurs fils, aujourd'hui prêtre Geraldo Trindade Montenegro, a été ordonné prêtre.

La célébration a été présidée par l'évêque de Sao Gabriel de Cachoeira, Monseigneur Edson Damian, et a été un moment de grande importance pour ce peuple indigène, dont beaucoup ont voyagé pendant des jours pour être présents à l'ordination sacerdotale, où il y avait aussi des éléments indigènes.
Il sera curé de paroisse parmi son peuple.
Le nouveau prêtre est né dans la communauté d'Araripirá Cachoeira, dans le fleuve Ayarí, une région frontalière entre le Brésil et la Colombie, et après sa formation au Séminaire interdiocésain de Manaus, il a travaillé comme diacre pendant plus d'un an dans sa paroisse natale, Notre-Dame de l'Assomption dans le fleuve Içana, où il continuera sa mission sacerdotale comme curé.

un pays pour chacha ...

Un diocèse avec 90% de la population indigène.
Le peuple Baniwa vit ce moment comme un temps de grand espoir, comme l'ont exprimé plusieurs catéchistes à l'Agenzia Fides. Beaucoup de gens dans la région ont du mal à comprendre et à s'exprimer en portugais, sans comprendre la profondeur et la signification de ce qu'ils prient ou entendent dans le texte biblique. Pour cette raison, l'arrivée de quelqu'un qui s'exprime dans sa propre langue et des catégories propres à sa culture, est un signe d'espérance pour une région où la présence sacerdotale a longtemps été sporadique et transitoire.

Le diocèse de São Gabriel de Cachoeira, à la frontière entre le Brésil, la Colombie et le Venezuela, est le diocèse ayant le pourcentage le plus élevé de population indigène, supérieur à 90%. Il couvre une superficie de 293 000 kilomètres carrés et abrite 23 peuples autochtones qui parlent 18 langues différentes, dont trois sont officielles dans la municipalité de São Gabriel da Cachoeira, Tukano, Baniwa et Nheengatú.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 23 Mars 2018

   Le sort est jeté. Désormais c'est court, très court. " Voici , dit Jésus : aujourd'hui et demain je chasse des démons et j'accomplis des guérisons, le troisième jour je suis consommé.  Cependant j'ai du chemin à faire, aujourd'hui et demain et encore le jour suivant, car il ne convient pas qu'un prophète périsse hors de Jérusalem. " ( Luc, XIII, 32, 33 )

   A proportion, l'angoisse de la Vierge s'accroît, le pressentiment se précise jusqu'à rejoindre peut-être la prévision de Jésus. Car, à mesure qu'on avance, notre Sauveur se cache de moins en moins de dire ce qui va lui arriver: il en réitère aux siens l'humiliante annonce, et cela ouvertement, avec un luxe de détails qui est comme un raffinement dans le malheur. (Marc VIII, 31,33; IX, 30, 32! Même devant le grand public il ne se retient plus, voyant à quel point il est dans l'ombre trahi et traqué, de prédire sa fin prochaine: : il y met tant d'assurance qu'on croit qu'il veut se tuer.il insinue pourtant de quel genre de mort il doit mourir, et dit bien haut qu'il donne sa vie librement. (Jean, XII, 28, 32,33; XVIII, 32)

   Il n'est pas vraisemblable que Marie n'ait pas, suivant sa vieille habitude, observé toutes ces choses dans son coeur, qu'elle n'ait pas été informée de toutes ces paroles, les retenant et les méditant au plus intime d'elle-même. Durant cette période, à ce qu'il semble, elle est à peu près tout le temps séparée corporellement de son Fils, mais elle n'en est que mieux placée pour s'unir à lui profondément et pour embrasser spirituellement tout ce qu'il souffre et se prépare à souffrir.

   C'est pourquoi elle est si parfaitement d'accord avec lui pour voir se réaliser en tout ce qui arrive la fin sublime dans laquelle ils vont s'abîmer tous les deux.

   Elle  a l'intelligence grande ouverte pour comprendre que c'est le plan divin qui s'exécute et que le Fils de l'homme s'en va selon ce qui est décrété: " Il faut, dit-elle avec Jésus, il faut que soit accompli tout, absolument tout, ce qui a été écrit à son sujet dans la Loi de Moïse et les Prophètes et les Psaumes ." (Luc, XXIV, 44)

" O Père, gémit-elle pour son Enfant, s'il était possible que cette heure que je sens venir passât loin de lui!.. Père, tout t'est possible : éloigne de lui ce calice ! Cependant, pas ce que nous voulons, mais ce que tu veux ...."  (Marc XIV, 35, 36)

  " Père, l'heure est venue qu'il te faut glorifier ton Fils en toi. " (Jean XII, 23; XVIII, I,5)

   Marie voit Jésus si compromis dans sa grande lutte contre le péché et si engagé dans notre mortalité, qu'elle comprend que la mort est pour lui le seul moyen d'en sortir et de triompher. :" Ne fallait-il pas, se dit-elle, que le Christ, le saint de Dieu, souffrit de pareilles choses? Avait -il un moyen plus héroïque et plus digne de son grand coeur, de réintégrer sa gloire ? " (Luc, XXIV, 36)

   Enfin l'âme maternelle de la Vierge , à l'heure même où nous allons lui coûter si cher, nous attire profondément dans son sein. C'est le moment où la divine Mère , arrivant au plus haut point de son mérite et nous portant plus que jamais dans son coeur, voudrait pouvoir ramasser, sans en perdre un seul, tous ses enfants " comme des poussins sous ses ailes . " (Luc, XIII, 34)

   Aussi aspire-t-elle , par amour pour nous, à ce que son Fils soit élevé de terre et dressé haut, puisque c'est alors qu'il tirera à lui tout son corps mystique, et puisqu'il faut cela pour que tous nous ayons la vie en lui.  (Jean , XII, 32; VIII, 28; III, 14-25 )

Elle se répète enfin que " si ce grain de pur froment tombé dans la terre (le Fils de Dieu fait homme) ne meurt pas, il demeure seul...; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit."  ( Jean, XII, 24 )

   Profondément remuée par toutes ces choses, mais sans peur, mûre pour l'acceptation finale, poussée par l'incompréhensible instinct, tout, divin, qui l'éclaire et la guide, elle est montée à Jérusalem :"  Allons , nous aussi, pour mourir avec lui. "  (Marc. X, 32; Jean XII,16 )

Et la voilà debout près de la croix !  (Jean XIX, 25)

   Elle se rend parfaitement compte que ' tout ce qui les concerne en ce monde, son Fils et elle, touche à son terme" . (Luc, XXII, 37)

Mais " combien elle est angoissée jusqu'à ce que ce soit accompli" !  ( Luc , XII, 50 )

rp Bernard  op +

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0