Publié le 30 Avril 2017

 

   Que nous soyons tous des enfants de la sainte Vierge, c'est ce dont aucun chrétien n'oserait douter sérieusement. Mais peu d'âmes comprennent l'importance du role qu'exerce la sainte vierge dans notre vie intérieure.

   Beaucoup s'imaginent qu'il est plus parfait d'aller à Dieu seul, ou du moins d'aller à Dieu par Notre-Seigneur seul, puisque Jésus est l' " Unique Médiateur" .

   Sans doute toute notre vie chrétienne consiste à vivre en union de plus en plus intime avec Notre-Seigneur, à Le connaître, à L'aimer, à pénétrer dans la blessure de son coeur pour y trouver la divinité adorable du Verbe et pour entrer par là jusqu'au " sein du Père " , dans le mystère même de la vie de la très sainte Trinité.

   Mais s'il est vrai que l'objet de notre vie est Dieu seul, il ne faut pas oublier que nous ne sommes que de très pauvres créatures, pleines de misères et entourées d'un monde qui ne pense pas à Dieu; nous savons quelles difficultés nous trouvons à vivre cet idéal que pourtant nous connaissons bien mais que nous soupçonnons encore plus grand.. Certes la grâce de Dieu peut tout, mais la grâce ne nous est donnée que selon le plan établi par Dieu.

   Or, ce plan divin a placé la très sainte Vierge auprès de nous pour nous conduire à Notre-Seigneur et à la très sainte Trinité, un peu comme une mère qui conduit son enfant à la sainte Table. C'est à Notre - Seigneur qu'elle conduit, c'est Lui seul qui reste, l'objet de notre vie :" Pour moi, vivre  c'est le Christ", mais la très sainte Vierge est là pour nous aider, pour nous former, pour nous communiquer les grâces de Dieu , pour nous montrer comment vivre ainsi en union avec le Christ.

   La très sainte Vierge est donc à la fois notre modèle de vie chrétienne et notre mère. En imitant ses vertus et en nous unissant à elle, nous trouvons Dieu à un degré que nous n'aurions jamais pu atteindre seul, et qui plus est, nous devenons les humbles instruments de la reine des cieux pour augmenter la gloire du Christ et de son Père.

 

   I. -   MARIE NOTRE MODELE

 

   Nul n'a vécu la vie chrétienne comme la sainte Vierge. Aucune créature n'a été associée comme elle aux mystères divins.

   Elle a participé effectivement au mystère de l'Incarnation , en donnant au Verbe de Dieu son propre sang, ce sang qui est passé de son coeur immaculé dans le coeur sacré de Jésus et qui, devenu celui du Rédempteur, a été répandu sur la  croix pour nous sauver.

   Elle a coopéré réellement au mystère de la Rédemption , en épousant tous les sentiments d'amour de Notre-Seigneur pour chacun de nous et en offrant à son Père, avec Lui , toutes les souffrance de la Passion auxquelles elle ajoutait celles de sa Compassion. La Tradition et la liturgie présentent Marie comme l'Epouse du Cantique, la nouvelle Eve donnée au Nouvel Adam " afin qu'Il ne soit pas seul " , afin qu'une créature au moins comprenne parfaitement et réalise en son coeur tout le plan divin. La seule vue de Marie Immaculée au pied de la croix a consolé Notre-Seigneur de tout ce que les crimes du monde entier et de tout ce que la vue de l'enfer avaient mis d'amertume dans son Coeur. Médiatrice et Co-Rédempteur, Marie l'est donc aussi parfaitement qu'une créature peut l'être parce qu'elle est vraiment l'Epouse de l'Unique médiateur , la douce compagne du Rédempteur, la reine associée au roi des rois.

 

   Et cependant la sainte Vierge a vécu tous ces mystères dans la foi  comme nous.

A la Crèche, quand elle tenait Jésus dans ses bras, elle devait croire que cet enfant était  son Dieu, le Fils éternel du Père, car elle ne voyait de ses yeux qu'un petit enfant qui était son propre fils.  Oh ! certes, sa foi n'a jamais connu de doute ou même d'hésitation, car Marie a adhéré de tout son coeur aux mystères qui lui étaient révélés, mais sa foi ne voyait pas plus que la nôtre, dans l'abîme insondable de Dieu.

   Or, c'est précisément parce qu'elle a vécu dans la foi comme nous que Marie est notre modèle parfait. Notre - Seigneur, Lui , n'a jamais eu la foi: Il avait la vision béatifique. De même , Notre- Seigneur n'a jamais eu l'espérance, puisqu'il possédait ou plutôt qu'il était Dieu. Le modèle de la condition dans laquelle nous sommes tous ici-bas , sous ce voile impénétrable de la foi et dans cette attente ardente et confiante de l'espérance, celle que nous pouvons tous imiter c'est donc la sainte Vierge Marie !

   Mais pour mieux nous rendre compte de la ressemblance entre sa condition essentielle et la nôtre, regardons la sainte Vierge après l'Ascension et la Pentecôte, vivant avec saint Jean.

Alors Jésus est monté aux cieux et Marie ne le voit plus. Mais Jésus lui a laissé saint Jean et Marie reçoit Jésus dans l'Eucharistie. Chaque fois qu'elle s'unit au sacrifice du Calvaire, qui est rendu présent sur l'autel , et renouvelé pour la gloire du Père et pour le salut de toute l'Eglise, Marie prie pour nous, elle nous tient dans son amour, parce que , par la foi, elle est unie à Jésus, qui dans la gloire , " interpelle sans cesse pour nous " son Père.

   Telle est la vie intérieure de la très sainte Vierge, vie cachée aux yeux des hommes, vie d'adhésion et d'abandon au bon plaisir divin. Et chaque jour, cette vie de foi et d'amour augmente d'intensité, sa ferveur s'accroît à chaque communion, sa perfection, qui était déjà plus grande, à la Conception, que celle de tous les saints réunis , est maintenant quelque chose d'incommensurable. Comme dit le bienheureux Grignon de Montfort, " elle a donné plus de gloire à Dieu par la moindre de ses actions, par exemple en filant sa quenouille, en faisant un point d'aiguille, qu'un saint Laurent sur son gril et même que tous les saints par leurs actes les plus héroïques."

   La sainte Vierge a donc vraiment pratiqué les vertus que nous avons nous-mêmes à pratiquer, elle a vécu éminemment cette vie d'intimité avec Notre-Seigneur à laquelle nous sommes invités, elle est notre modèle parfait de vie chrétienne à un degré que personne n'a jamais atteint et ne pourra jamais égaler.

   C'est pourquoi

    Il faudra faire ses actions avec Marie: c'est-à-dire qu'il faut, dans ses actions, regarder Marie comme un modèle accompli de toute vertu et de toute perfection, que le Saint Esprit a formé dans une pure créature, pour imiter selon notre petite portée. Il faut qu'en chaque action nous regardions comme Marie l'a faite ou la ferait, si elle était à notre place.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rp Paul Philippe

Repost 0

Publié le 30 Avril 2017

 

 

   Mais s'il fallait chercher à imiter la sainte Vierge par nos propres moyens, nous n'y arriverions jamais. Heureusement , Marie est notre Mère, c'est elle qui nous forme à cette vie, et elle le fait en nous faisant communier à sa propre vie.

   Notre-Seigneur nous a dit que nous ne pourrions entrer dans son royaume, ce royaume d'amour commencé ici-bas dans la foi, que si nous renaissions et devenions de tout-petits enfants, parvuli. Mais renaître de qui ? Et de qui devenir les enfants, si ce n'est de la très sainte Vierge?

   Notre-Seigneur lui-même a voulu nous montrer le chemin: il a commencé par naître d'une véritable maman, comme tous les petits enfants et il a eu à l'égard de la sainte Vierge les sentiments de dépendance, de respect et de tendre amour qu'un enfant doit avoir pour sa mère. Au ciel encore, devant toute la cour céleste, Jésus se proclame l'Enfant de Marie.

   Or, " là où le Maître a passé, il nous faut aussi marcher " , nous a-t-il lui même enseigné. Et celle qui fut la Mère de Jésus, Tête du Corps mystique, est aussi la Mère de tous ses membres, car à l'Annonciation, elle a épousé par son " fiat " tous les sentiments de Notre-Seigneur pour nous et à la Croix Marie était unie à cet Epoux divin qui nous a enfantés à la vie nouvelle.

         "Une mère ne met pas au monde la tête ou le chef sans les membres, ni   les membres sans la tête: autrement ce serait un monstre de nature. De même dans l'ordre de la grâce, le chef et les membres naissent d'une même Mère. Si un membre du corps mystique de Jésus-Christ naissait d'une autre mère que Marie qui a produit le chef,  ce ne serait pas un membre de Jésus-Christ, mais un monstre dans l'ordre de la grâce. "

 

   La sainte Vierge est donc la véritable mère spirituelle de chacun de nous, parce que Notre-Seigneur est le Sauveur de chacun de nous.

Et de même que Jésus peut se donner à chacune de nos âmes autant que si elle était seule au monde, - car le nombre ne le gêne pas, nous en avons un signe dans l'eucharistie, - de même, toutes proportions gardées, la sainte Vierge nous aime, nous force à la vertu , nous conduit à Dieu comme si elle n'avait à s'occuper que de notre âme . Les théologiens expliquent ce fait en disant que , sans quitter le ciel et dans la vision béatifique qui lui a fait connaître les desseins de l'amour de Dieu pour nous, Marie agit en chacun de nous à la manière de la sainte humanité du Christ grâce à l'infinie portée de la puissance divine, dont ils sont, elle de sa personne et lui dans son humanité, les instruments parfaits.

   Nous pouvons donc parler d'une véritable présence de la sainte Vierge auprès de nous et même en nous, présence invisible mais expérimentée par les âmes très pures, très humbles et très unies à leur mère.

   Selon la doctrine de l'Eglise, Marie est médiatrice de toutes les grâces, médiatrice en tant qu'associée à l'unique médiateur, en tant que reine unie au roi des rois. Elle est choisie par Dieu pour communiquer à chaque âme toutes les grâces divines qui lui sont réservées. Ainsi, quand nous recevons une augmentation de la grâce sanctifiante ou bien l'une de ces innombrables grâces actuelles qui nous soutiennent dans le service de Dieu ou nous rappellent à lui si nous l'avons oublié, ou encore quand nous recevons une grâce sacramentelle comme celle de notre confession ou de notre communion du matin, nous pouvons être sûrs que toutes ces grâces sont passées par le coeur de notre Mère avant de nous être données.

   Et que nous le pensions ou non, c'est ainsi! car il n'y a pas que les " dévots " de la sainte Vierge qui soient l'objet de son action bienfaisante. Beaucoup d'âmes, sans rien nier de ces vérités, n'en vivent pas pratiquement; cependant l'universalité de la médiation mariale est absolue, la sainte Vierge n'a pas besoin de notre consentement pour agir en nous, pas plus que n'en a besoin l'humanité sainte, à laquelle d'ailleurs Marie est indissolublement unie.

   Mais quelle différence si nous pensons à ce rôle maternel de la sainte Vierge en notre âme ! Quelle source de grâces si nous entrons consciemment dans le plan divin !

   Car il est précisément dans le plan divin que nous prenions conscience du rôle de Marie dans notre vie intérieure, en nous unissant volontairement à elle et en nous laissant conduire à Dieu par elle.

      " Comme dans la génération naturelle et corporelle il y a un père et une mère, de même dans la génération surnaturelle et spirituelle, il y a une père qui est Dieu et une mère qui est Marie. Qui n'a pas Marie pour mère n'a pas Dieu pour père.

      " Le Père n'a donné et ne donne son Fils que par elle, ne se fait des enfants que par elle. Dieu le Fils n'a été formé pour tout le monde en général que par elle, n'est formé tous les jours et engendré que par elle dans l'union au Saint-Esprit, et ne communique ses mérites et ses vertus que par elle. Dieu le Saint-Esprit n'a formé Jésus-Christ que par elle, ne forme les membres de son corps mystique que par elle et ne dispense ses dons et ses faveurs que par elle.

   Mais que faut-il faire pour entrer pleinement dans ce plan divin?

   Tout d'abord nous considérer vraiment comme des enfants de la sainte Vierge, puis nous laisser former par elle à la pratique de ses vertus afin de lui ressembler; et enfin, la laisser nous initier à sa propre vie d'union à Notre-Seigneur, afin de la continuer ici-bas, en quelque manière, pour la gloire du Père et le salut des âmes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par RP Paul Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Avril 2017

 

   Il faut donc avant tout dire à la sainte Vierge que nous nous considérons bien ses enfants et que nous lui reconnaissons tout le pouvoir que Dieu lui a donné sur nous.

 Il faut

           se donner tout entier à la très sainte Vierge, pour être entier à Jésus-  Christ par elle.  Il faut lui donner notre corps avec tous ses sens et ses membres, notre âme avec toutes ses puissances, nos biens extérieurs présents et à venir, nos biens intérieurs et spirituels, qui sont nos mérites, nos vertus, nos bonnes oeuvres passées , présentes et futures... et cela sans réserve... et cela pour l'éternité.

 

A partir de ce moment-là :

                   Il faut faire ses actions par Marie, c'est-à-dire qu'il faut obéir en toutes choses à la Très Sainte Vierge et se conduire en toutes choses par son esprit, qui est le Saint Esprit de Dieu.

 

Bien plus

                    vous quitterez vos propres intentions et opérations quoique bonnes et connues , pour vous perdre, pour ainsi dire, dans celles de la Très Sainte Vierge, quoiqu'elles vous soient inconnues.

   Il ne s'agit pas en effet de demander à la sainte Vierge la permission de faire quelque chose que nous avons déjà décidée, il faut se " perdre " , comme répète si souvent le bienheureux Grignon de Montfort, c'est-à-dire s'abandonner au bon plaisir de notre Mère en ce qu'il a encore d'inconnu pour nous et il faut rendre ce bon plaisir comme la grande règle de nos actions, étant bien entendu une fois pour toutes que le bon plaisir de la sainte Vierge prend lui-même sa règle dans le bon plaisir de Dieu.

En effet,

         l'autorité que Dieu a bien voulu lui donner est si grande qu'il semble qu'elle a la même puissance que Dieu...

   Et reprenant une phrase de saint Bernardin de Sienne, le bienheureux Grignon de Montfort écrit :

    " Dieu le Saint Esprit l'a choisie pour la dispensatrice de tout ce qu'il possède; en sorte qu'elle distribue à qui elle veut, autant qu'elle veut, comme elle veut, et quand elle veut, tous ses dons et ses grâces, et il ne donne aucun don céleste qu'il ne passe par ses mains virginales. "

   La disposition fondamentale que la sainte Vierge réclame de nous, c'est donc l'abandon à son bon plaisir, un abandon fait de confiance absolue et d'obéissance extrêmement fidèle. Elle désire que nous soyons attentifs à ses moindres désirs et indications, que nous ayons une soif immense de lui faire plaisir et que nous ne doutions jamais d'elle, même si elle se cache et semble nous oublier, ou même si nous l'avons quittée et que nous n'osons plus la regarder et nous jeter dans ses bras.

En somme,

        Il faut demeurer dans le bel intérieur de Marie avec complaisance, s'y appuyer avec confiance, s'y cacher avec assurance, et s'y perdre sans réserve.

 

Notre formation par Marie à l'image de son âme et de ses vertus.

 

   Quand la sainte Vierge a ses enfants bien en mains, elle les forme à la pratique des plus solides vertus. Elle les mène au combat spirituel avec fermeté et douceur, fortiter et suaviter. Elle leur fait exercer la fidélité dans les petites choses, la patience et la charité envers le prochain, et surtout l'humilité et la pureté parfaite qui sont ses deux grandes vertus.

   Mais ce qu'elle nous apprend par dessus tout, c'est la façon de les pratiquer: elle nous enseigne à puiser dans son coeur toutes ces vertus chaque fois que nous en avons besoin, à ne pas discuter quand cela ne va pas, quand nous sommes troublés, à ne pas chercher à nous en sortir à la force de nos poignets - ce qui est au fond une marque d'orgueil plus ou moins conscient, - mais à plonger notre âme dans son coeur immaculé. Comme le dit le bienheureux Grignon de Montfort , " respirons Marie "; puisons en elle cette vertu qui nous manque; alors, très vite, la tentation disparaîtra et notre âme en sortira pacifiée, réconfortée , nourrie.

   Et ainsi chaque jour, à l'occasion des moindres circonstances de notre vie, comme aussi dans les difficultés que nous devons traverser ou que le démon , l'ennemi personnel de Marie et de ses enfants suscite sur notre chemin, la sainte Vierge forme davantage en nous les vertus chrétiennes qu'elle a pratiquées et, par là, nous transforme peu à peu à son image.

   La très sainte Vierge se donne tout entière et d'une manière ineffable à celui qui lui donne tout. Elle le fait s'engloutir dans l'abîme de ses grâces... Elle l'embrase de son amour, elle lui communique ses vertus.

   L'âme de Marie se communiquera à vous pour glorifier le Seigneur; son esprit entrera à la place du vôtre pour se réjouir en Dieu  :" Sit in singulis anima Mariae, ut magnificet Dominum; sit in singulis spiritus Mariae, ut magnificet Dominum; si in singulis spiritus Mariae, ut magnificet Dominum; spiritus Mariae, ut exultet in Deo" . Saint Ambroise.

   Quand est-ce que les âmes respireront autant Marie que les corps respirent l'air? Pour lors, des choses merveilleuses arriveront dans ces bas lieux , où le Saint Esprit, trouvant sa chère épouse comme reproduite dans les âmes, y surviendra abondamment et les remplira de ses dons, en particulier du don se sa sagesse, pour opérer des merveilles de grâces. Quand viendra-t-il ce temps heureux, ce siècle de Marie, où plusieurs âmes choisies et obtenues du Très-Haut par Marie, se perdant elles-mêmes dans l'abîme de son intérieur, deviendront des COPIES VIVANTES DE MARIE, pour aimer et glorifier Jésus-Christ.

   Dans le SECRET DE MARIE, le bienheureux Grignon de Monfort va même jusqu'à dire que  "le principal de cette dévotion, c'est d'établir ici-bas la vie de Marie dans une âme, en sorte que ce n'est plus l'âme qui vit, mais Marie en elle;" ou l'âme de Marie devient son âme pour ainsi dire.

   Cependant le but de la sainte Vierge n'est pas de nous former à son image. Ce qu'elle désire, c'est de nous unir à Notre-Seigneur.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rp Paul Philippe.

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Avril 2017

 

   Ce que la sainte Vierge vit en nous et ce qu'elle nous apprend à chercher en elle, ce n'est pas tellement son âme elle-même que la vie de son âme ou plus précisément l'objet de cette vie : Ma vie c'est le Christ. Ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi.

   Vivre la vie de Marie, en réalité, c'est donc trouver le Christ en elle, " vivre le Christ " , être formé par elle à l'image du Christ.

Après avoir dit que

                       le principal effet de cette dévotion est d'établir la vie de Marie dans une âme, en sorte que ce n'est plus l'âme qui vit mais Marie vit en elle,

le bienheureux Grignon de Montfort ajoute :

                        "Comme elle est partout féconde, elle la fera vivre sans cesse à Jésus-Christ et Jésus-Christ en elle: Filioli mei , quos iterum parturio donec formetur Christus in vobis." ( Gal. IV 19-

   Dans le TRAITE DE LA VRAIE DEVOTION,  le bienheureux Grignon de Montfort explique cette oeuvre de Marie en nous disant que :"

                        la sainte Vierge est le monde de Dieu: celui qui est jeté dans ce monde divin est bientôt formé et moulé en Jésus-Christ et Jésus-Christ en lui... Il est jeté dans le même moule qui a formé un Dieu.

    C'est pourquoi les enfants de la sainte Vierge

                         se jettent, se cachent, se perdent dans son sein amoureux et virginal, pour y être embrasés du pur amour et pour y trouver pleinement Jésus.

   Mais comment la sainte Vierge formera-t-elle le Christ en nous?

   Elle le fera en nous faisant revivre sa propre vie d'union à Lui et aux trois divines Personnes, par cet enseignement affectif et caché qui est propre aux mères et aussi du Saint-Esprit, dont elle est l'instrument parfait. " Quand la divine Marie est Reine dans une âme, elle y travaille en secret, à l'insu même de l'âme... "

   Elle nous apprendra à nous comporter vis à vis du Père en enfants ardemment désireux de vivre selon son bon plaisir et pour sa gloire.

   Elle nous apprendra à compatir, avec elle , aux souffrances de Jésus, à cette souffrance surtout qui vient de l'offense infinie du péché. Elle nous fera participer à son amour des âmes, et en particulier des âmes pour lesquelles Jésus a le plus souffert.

   Elle nous apprendra à nous laisser aimer par le Saint-Esprit, avec une fidélité absolue à toutes ses grâces.

   Elle nous fera adorer la Trinité sainte présente en nous, comme elle le fit ici-bas depuis sa plus tendre enfance.

   Enfin, à la communion, elle nous " prétera son coeur pour y recevoir son Fils dans les dispositions qui furent les siennes si nous le lui demandons.

   Et ainsi , peu à peu, en nous communiquant sa vie de foi et d'amour, la très sainte Vierge nous unira à Dieu. 

Et elle nous unira à lui beaucoup mieux que nous y serions parvenus selon le mode propre de notre coeur, car " cette Mère de la belle dilection l'ouvrira et l'élargira pour y introduire le pur amour dont elle a le trésor. "

   Désormais, c'est avec l'amour du coeur de la sainte Vierge que nous aimerons Notre-Seigneur et son Père ou plutôt c'est elle qui aimera Jésus en nous, puisque son âme est devenue notre âme et sa vie notre vie.

Et pourtant il ne faudrait pas croire que le but unique et dernier de la sainte Vierge, en nous faisant participer à sa vie intérieure, soit notre propre perfection.

   Si grand que soit son amour pour nous, nous ne sommes pas le centre de son coeur; ce qu'elle désire, c'est que cette perfection serve à la gloire de son Fils, et par lui, à la gloire de la Sainte Trinité.

ad majorem Dei gloriam

  

Selon le bienheureux Grignon de Montfort, le plan divin est que nos âmes deviennent " des copies vivantes de Marie ", afin que Dieu continue à trouver en nous la très sainte Vierge.

                                              "Dieu le Saint-Esprit veut se former en elle et par elle des élus et lui dit =" J'ai pris tant de complaisances en vous, lorsque vous viviez sur la terre dans la pratique des plus sublimes vertus, que je désire encore vous trouver sur la terre, sans cesser d'être dans le ciel.  Reproduisez-vous pour cet effet dans mes élus. Que je voie en eux avec complaisances les racines de votre foi invincible, de votre humilité profonde, de votre mortification universelle, de votre oraison sublime, de votre charité ardente, de votre espérance ferme, et de toutes vos vertus. Quand le Saint Esprit , son Epoux, l'a trouvée dans une âme, il y vole, il y entre pleinement, il se communique à cette âme abondamment et autant qu'elle donne place à son Epouse."

   Il s'agit, en somme , de reproduire, de continuer et de perpétuer au cours des siècles cette union sublime que la sainte Vierge avait eue ici-bas dans la foi avec Notre-Seigneur.

   " Dieu a créé tous les autres hommes, écrit le Père Schrijevers C.S.S.R.  afin que cette divine Vierge grâce à eux, puisse multiplier comme à l'infini son amour pour Jésus. Nous ne sommes sur terre que pour faire revivre notre Mère; nous ne sommes que son prolongement. Notre coeur est pour elle comme un coeur de rechange par lequel elle aime à nouveau Jésus.  Ainsi, ce qu'elle possède, elle le rend fécond une infinité de fois par la communication qu'elle nous en fait. Ainsi elle aime Dieu autant de fois qu'elle compte d'enfants fidèles."

   En définitive, si Dieu veut que Marie soit notre Mère et nous unisse à ce point à elle, c'est parce que son âme a rendu ici-bas, par sa fidélité à la grâce du Christ, la plus grande gloire qu'une créature ait jamais pu lui rendre, après Jésus, et c'est parce qu'ainsi nos âmes , en participant à la sainteté de leur Mère, lui rendront une gloire participée de la sienne.

_______________________________

 

Je vous salue, Marie, ma chère Mère, ma joie, ma gloire,

mon coeur et mon âme ! Que je n'aie pas d'autre esprit que le vôtre pour connaître Jésus-Christ et ses divines volontés; que je n'aie pas d'autre âme que la vôtre pour louer et glorifier le Seigneur; que je n'ai pas d'autre coeur que le vôtre pour aimer Dieu d'un amour pur et d'un amour ardent comme vous.

St Louis Marie Grignion de Montfort.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rp Paul Philippe +

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Avril 2017

Sans le filleul et sans la messe, avec ce temps pourri , c'est triste ! il a dû lui servir la messe Charles ! pas juste.

cuvée château  Alienor de Bordeaux 2017 ,  Vive le Roi, euhhh vive la frite ! " dis quand reviendras-tu ? dis au moins le sais-tu ? " ...

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 29 Avril 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 29 Avril 2017

pour notre séminariste Sébastien,

" Mon Dieu donnez-nous beaucoup de prêtres,

de saints prêtres. "

   Aux jours pénibles où nous vivons, les vocations sacerdotales sont le besoin le plus pressant de l'Eglise de France et la condition nécessaire de son existence et de son avenir.

   C'est par le ministère des prêtres que le Christ voulut continuer ici-bas sa mission rédemptrice. Va-t-il donc chez nous abandonner son oeuvre? Lassé de l'athéisme officiel de nos gouvernants, de l'indifférence des masses, de la tiédeur même des siens, va-t-il retirer à notre pauvre pays les continuateurs de son incarnation et de son Sacerdoce? Va-t-il laisser peu à peu s'éteindre et disparaître ceux qui prolongent par son Eucharistie, son humanité sainte, sa divine présence, son action parmi nous?

Pour recruter les vocations sacerdotales, il faut les désirer,  Oui , tous les chrétiens doivent prendre conscience de la pénurie dont souffre le clergé, des graves dommages, qui tôt ou tard, se résulteront pour tous et pour chacun, pour la famille et la paroisse, pour la société et pour la patrie. Tous doivent en ressentir une vive peine, un regret profond. C'est de ce regret et de cette peine que naîtra le désir ardent de ce qui manque. C'est de ce désir que jaillira la prière féconde, la demande instante exigée par Dieu comme condition de ses dons. En particulier sur ce point Jésus voulut que l'homme s'intéressât à son propre sort : " Rogate ergo Dominum messis.. Demandez donc au Maître de la moisson qu'il nous envoie des ouvriers pour moissonner vos âmes.

   Puisse donc Notre-Dame se susciter parmi vous beaucoup d'imitateurs, et puissent ces imitateurs, avec la grâce de Dieu, conduire au divin sacerdoce beaucoup de petits Jésus.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 29 Avril 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 28 Avril 2017

[:malavita:1]  quelle misère, vive le Roi !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 28 Avril 2017

 

 

[:malavita:1]Nous sommes allés auj interroger la méduse pour tous , apparemment, elle s'en tape l'oeil. encore faut-il trouver l'oeil.! sa soeur venait de faire une indigestion de carottes  !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0