Publié le 26 Juillet 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 26 Juillet 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 25 Juillet 2021

 

 

 

 

 

 Jésus pleure sur Jérusalem. 

 

 

"Aujourd'hui si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre coeur".

règle de St benoît 

+

 

 Surplombant la vallée qui entoure Jérusalem, il y a une église appelée Dominus flevit, étant l'endroit où se déroule l'Évangile d'aujourd'hui.

C'est le dimanche des Rameaux, et alors que le Seigneur atteint cette zone d'où l'on peut admirer une vue extraordinaire de la Ville Sainte, il la regarde et des larmes commencent à couler de ses yeux divins.

Jérusalem, Jérusalem, Ville Sainte, la Bien-Aimée choisie par le Dieu d'Israël comme siège de Sa majesté, la gardienne de Ses promesses, Son épouse, prise parmi toutes les nations pour vivre en union intime avec Lui.

C'est sur cette Jérusalem que le Christ Notre Seigneur verse ses larmes en ce jour, car il voit dans l'esprit prophétique le châtiment affreux qui est réservé à celle qui a rompu la foi avec son Dieu.

À maintes reprises, Jérusalem tomba jusqu'à ce que le plus grand crime de tous soit commis : le rejet du Messie, le Fils de Dieu, et le choix de la soumission à un César terrestre. « Nous n'avons d'autre espèce que César », s'écria la populace le premier Vendredi Saint, et c'est César qui, à peine une génération plus tard, écrasera Jérusalem de toute la puissance de sa puissance militaire, et n'y laissera pas pierre sur pierre. 

Quels étaient ses crimes ? St Paul dans l'épître d'aujourd'hui nous dit. Il en mentionne trois : l'idolâtrie, la fornication et les murmures.

Ces trois péchés ne résument-ils pas toutes les sortes de péchés dans lesquels nous, les humains, sommes enclins à tomber ?

L'idolâtrie, c'est-à-dire le culte des faux dieux, n'arrive pas seulement lorsqu'on se prosterne devant une idole païenne. Cela arrive chaque fois que quelqu'un met autre chose à la place du vrai Dieu ; cela arrive quand on transforme le culte du vrai Dieu en quelque chose qui honore ou flatte l'homme ou est fait à son image ; la fornication est prise ici comme des péchés de la chair en général, ces péchés qui sont si faciles à commettre, mais qui souillent celui qui les commet, l'abaissant au niveau de l'animal qui satisfait ses instincts bas et détourne son esprit et son cœur de Dieu qui est Esprit ; le murmure, c'est-à-dire les plaintes contre Dieu et le prochain, recouvre tous les péchés de l'esprit, en particulier les péchés contre la charité fraternelle et la communion.

Dans la ville sainte de Jérusalem étaient préfigurées trois réalités : l'âme chrétienne, l'Église, et la Jérusalem éternelle, cité de Dieu au Ciel.

Et ainsi, lorsque Notre Sauveur béni pleure sur Jérusalem, Il pleure aussi sur chaque âme qui commet un péché mortel. Il a pleuré sur toi, sur moi. Il pleure sur les péchés de l'Église, cette Église, la nouvelle Jérusalem, qui a reçu les promesses de la vie éternelle, qui est appelée à enseigner la doctrine salvatrice à tous les âges.

Dans certaines périodes de son histoire, et celle-ci est certainement l'une d'entre elles, ce rôle sublime est obscurci par les péchés des membres de l'Église, par les intrigues politiques, par la lâcheté et la compromission de ses dirigeants.

Allons-nous tenter une comparaison entre la situation décrite dans l'Évangile d'aujourd'hui et celle dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui ? Il y a eu un certain nombre d'appels de réveil au cours des 18 derniers mois. Ce n'est pas une palissade en bois construite sur des tranchées-abris comme celles que Vespasien avait installées pour affamer Jérusalem à mort.

C'est plutôt un anneau d'acier qui a encerclé nos villes, nos pays, notre planète, nous privant des libertés les plus fondamentales. C'est un double langage de plus en plus prononcé, tant dans l'État que dans l'Église, selon lequel les pouvoirs en place déclarent vouloir nous libérer, à condition que nous fassions ce qu'on nous dit. C'est le doux discours à peine camouflé de la fidélité à la Tradition tout en nous séparant des racines mêmes qui constituent notre Tradition ; c'est le discours constant d'un nouvel ordre, d'une nouvelle normalité, d'un nouveau monde, qui sera meilleur que l'ancien, alors que nous sommes obligés d'assister à des efforts croissants pour redéfinir ce que signifie être humain, alors que nos enfants sont nourris de crasse et appris à mutiler leurs corps et à vendre leurs âmes au diable.

La marque de l'Ennemi est partout. C'est de « l'abomination de la désolation » dont parle le Seigneur. Lorsque vous entendez et voyez ces choses, il vous avertit, fuyez dans les montagnes Mt 24:16).(

Qu'est-ce que fuir dans les montagnes si ce n'est se réfugier dans une prière plus grande, plus profonde, plus longue, d'examiner sa conscience fréquemment, d'être attentif, non distrait, quand il s'agit des vérités de notre foi et des pratiques de la Tradition. C'est de rester ferme dans ce qui est juste, quoi qu'il arrive, et quoi que l'on puisse dire du contraire. Ni le premier ministre, ni le premier ministre, ni la reine, ni l'évêque, ni le pape ne font la vérité.

La Vérité est ce qu'elle est, qu'elle soit ou non acceptée et promue. Fuir vers les montagnes signifie fuir vers les saints.

Nous ne pouvons pas nous tromper en suivant l'exemple des saints, alors que nous pouvons sérieusement nous écarter du droit chemin, nous pouvons même prendre des virages irréversibles qui ne mènent qu'à la mort et à la damnation si nous pensons que nous savons mieux que les générations passées, si nous présumons de fabriquer une nouvelle super humanité ou une super religion ou une super liturgie qui remplace la vraie humanité créée par Dieu, la seule vraie religion révélée par Dieu dans la chair, la liturgie sacrée transmise par les saints qui l'ont façonnée et vécue pour tant de personnes des siècles.

Comme le Seigneur le dit ailleurs : « Aucun homme qui boit de l'ancien n'a actuellement d'esprit pour du nouveau ; car il dit : L'ancien est meilleur » (Lc 5, 39).

Tout comme les Romains ont piétiné Jérusalem jusqu'au sol, l'ont complètement détruite pour que le Temple ne puisse plus jamais être reconstruit, de même les ennemis de l'Église cherchent à la piétiner jusqu'au sol - la destruction totale et complète de tout ce que cela signifie d'être chrétien et un catholique est leur objectif. Pour eux, l'Église doit être détruite, totalement éradiquée de la terre. Elle n'a pas sa place dans la nouvelle normalité, à moins qu'elle ne se transforme de telle sorte qu'elle soit méconnaissable en tant que Vraie Religion.

Pourquoi pensez-vous qu'il y a une bataille si féroce en ce moment aux États-Unis pour donner la communion à Joe Biden ? Car en donnant le Saint des Saints à l'un des pro-avortement les plus radicaux de l'histoire, un hérétique vil et arrogant qui prétend dire à l'Église ce qu'elle doit enseigner, en faisant cela, vous foulez aux pieds le cœur le plus sacré de notre Foi ; vous traînez dans la boue le nom même de catholique. Vous foulez aux pieds l'Église du Christ et donc le Christ Lui-même. Tel est le but de la nouvelle normalité.

Fuir à la montagne peut aussi être compris comme un encouragement à imiter l'exemple que nous donne aujourd'hui notre Seigneur béni ; c'est pleurer sur Jérusalem, pleurer sur l'Église, pleurer sur un monde brisé et entraîné dans l'abîme avec une vitesse croissante.

Au début du Sermon sur la montagne, le Seigneur a proclamé : "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Qui sont ces pleureuses ? Ce sont ceux qui pleurent leurs péchés, les péchés des autres, un monde qui a perdu ses repères.

Notre-Dame, dans une révélation à Mère Mariana de Jesus Torres le 2 février 1634, connue sous le nom de Notre-Dame du Bon Succès, a prédit qu'au XXe siècle les hérésies se répandraient et domineraient et que la précieuse lumière de la Foi s'éteindrait dans les âmes par la corruption presque totale des coutumes a ajouté : « Les âmes fidèles subiraient un martyre continu et lent, pleurant en secret et implorant que ces temps terribles soient abrégés ».

Oui, aujourd'hui, les personnes en deuil que Notre Sauveur déclare être vraiment bénies sont celles qui comprennent la gravité de la situation dans laquelle nous nous trouvons, encerclés par des puissances puissantes qui cherchent à étrangler à mort ce qui reste de la vraie foi.

La récompense pour ces endeuillés, dit-il, est qu'ils recevront le réconfort et la consolation divins. Au milieu même de leurs tribulations, ils trouveront une paix et une joie durables, mais seulement à la condition qu'ils se rangent énergiquement du côté du Seigneur comme l'ont fait les Maccabées.

Comme Judas Machabée l'a proclamé : "Ceignez-vous et soyez vaillants, et soyez prêts à combattre les nations qui se sont rassemblées contre nous pour nous détruire ainsi que notre sanctuaire. Car il vaut mieux pour nous mourir au combat que de voir les maux de notre nation et du lieu saint : comme ce sera la volonté de Dieu dans les cieux, qu'il en soit ainsi » (1 Mac 3:58- 60).

Un dernier mot : Ne péchez pas contre la lumière. Ce fut le grand péché de la nation juive, comme Notre Seigneur nous le dit aujourd'hui, qu'elle n'ait pas reconnu le moment de sa visitation. Elle ne savait pas que c'était bien Dieu qui la visitait.

Comme le Seigneur l'a dit aux Pharisiens après avoir guéri l'aveugle-né : « Si vous étiez aveugle, vous n'auriez pas de péché : mais maintenant vous dites : Nous voyons. Votre péché demeure » (Jn 9, 41). Et à la Dernière Cène, il dira : « Si je n'étais pas venu leur parler, ils n'auraient pas de péché : mais maintenant ils n'ont aucune excuse pour leur péché » (Jn 9, 41).

L'ignorance n'est pas une excuse lorsqu'il s'agit de choses que nous avons le devoir de savoir. C'est l'heure de la lutte finale, la bataille décisive entre la lumière éternelle et les ténèbres sans fin ; et le Seigneur Christ a décrété que cette heure serait celle de sa Mère.

C'est l'heure de Notre-Dame, et seuls ceux qui se réfugient sous son manteau immaculé seront épargnés.

Soyons réconfortés par un détail significatif du Troisième Secret de Fatima : « A gauche de Notre-Dame et un peu au-dessus, nous avons vu un Ange avec une épée flamboyante dans sa main gauche ; clignotant, il dégageait des flammes qui semblaient vouloir mettre le feu au monde ; mais ils s'éteignirent au contact de la splendeur que Notre-Dame rayonnait vers lui de sa main droite ».

Les flammes du châtiment s'éteignirent au contact de Notre-Dame. Clairement, la victoire lui appartient.

L'épreuve à venir sera grande mais elle n'excédera pas nos forces, comme le rappelle saint Paul dans l'épître : « Dieu est fidèle, qui ne permettra pas que tu sois tenté plus que ce dont tu es capable : mais fera aussi sortir de la tentation , afin que vous puissiez la supporter » (1Co 10:13).

 

 

 Dans seulement trois semaines à partir d'aujourd'hui, nous célébrerons la grande fête du triomphe de Notre-Dame à l'Assomption.

Préparons-nous pour cette plus grande des fêtes mariales ; rendons-nous, sinon dignes, du moins moins indignes de sa visite, par des efforts renouvelés pour imiter ses vertus : son humilité, sa pureté, son amour de Dieu, sa passion pour la vérité, son esprit d'abnégation.

C'est maintenant l'heure de la Virgo Potens, la Puissante Vierge, Notre - Dame des Victoires, dont le Cœur Immaculé triomphera bientôt.

Assurons-nous que nous sommes du bon côté de la bataille.

Notre Dame priory osb + 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Juillet 2021

photo petit placide

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

 

 

 

 

 Siempre hay tiempo para amar...

 

es Alexandro ! j'ai reconnu el nino a su corte pello !!  

 

Todos los días encuentra un enigma.

 ¡Cuando eres amado es más fácil!...para descubrir . 

Detrás se esconde un poco de felicidad que te envía el cielo. El regalo de Jesus i su misericordia .. 

Es la sonrisa de Alexandro, es el regalo de Pedro , i  tandos muy bonitas  fotos de ellos.. 

.! el sol, la playa, entonces la vida es buena!

no ? ja, ja , ja ... ! te besos .muchas gratias a todos. le quiero mucho ! 

 

 

 

 

 

 

 

la actualidad  politico  religioso confunde las pistas. 

¡Entonces es la depresión!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 21 Juillet 2021

 

 

 

 

Qui s'appuie sur le Seigneur,

rien ne l'ébranle. Il est stable pour toujours. 

"

Ps.124

 

Gardez bien cette confiance. Il est impossible que le Bon Dieu n'y réponde pas car il mesure toujours ses dons à notre confiance." 

Ste Thérèse. 

   La confiance est une chose merveilleusement belle et merveilleusement bonne. Les êtres la réclament pour s'épanouir comme les fleurs réclament le soleil. 

El niño confía en su madre, el amigo en su amigo, el monje en su abad,  Felipe en Pedro ! 

No hay paz, no hay amor, no hay felicidad sin confianza mutua.

 

 

Sais-tu ce que c'est l'enfance spirituelle? C'est tout simplement d'avoir une âme grâciée qui n'a rien fait dans la vie mais qui a reçu de Dieu le don d'avoir un regard simple, tourné vers Lui, et cette fraîcheur où il doit tant aimer se reposer depuis qu'il n'y a plus que des hommes préoccupés, tendus, rêches de travail et de sérieux.

   Dieu ne demande pas des gens qui aient des vertus mais des enfants qu'il puisse prendre comme on soulève un petit enfant, subitement parce qu'il est léger et qu'il a de grands yeux. "

E.Munier 

 

Voilà par excellence le temps de la confiance. "Papa, le Bon Dieu" disait ste Thérèse . Le saint est jeune, un tout petit enfant, un enfant du Père. 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0