Publié le 11 Novembre 2007

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 9 Novembre 2007

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 9 Novembre 2007

file-220064-57768.jpg

Le 5 Novembre 2007 Monseigneur André Vingt-Trois a été élu président de la Conférence des Evêques de France.

Le Petit Placide adresse toutes ses félicitations à l'archevêque de Paris.


Monseigneur André Vingt-Trois sera créé cardinal ce 24 Novembre 2007

Que toutes nos prières l'accompagnent avec l'assurance de notre soutien dans l'accomplissement de sa mission.


archevêché de Paris

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 8 Novembre 2007


                                                                      aujourd'hui 8 Novembre,
                                                                      13 Novembre pour le rite traditionnel.


Fête de la Toussaint.



Salut doux habitants
Des solitudes et du cloitre
Qui avez vaincu les cruelles
Armées de l'enfer en furie.

Les pierreries, l'or,
Et les grands honneurs
Vous les avez piétinés,
Avec les joies amères du monde.

Pour votre nourriture,
Herbes et légumes ont suffi;
L'eau pure pour votre boisson,
La terre dure pour votre couche.

Vous avez vécu parmi
Les serpents et les dragons furieux;
Les apparitions des démons affreux
N'ont pu vous effrayer.

Loin des choses mortelles,
Votre ame fervente s'élevait
Unie aux choeurs célestes,
Comme fixée parmi les étoiles.

Au Père céleste souverain,
Au Fils de la Sainte Vierge,
Comme à l'Esprit consolateur,
Toute louange et toute gloire,

Amen.

Faites, Dieu tout-puissant, nous vous en prions, que l'exemple
des saints moines nous stimule, pour mener une vie meilleure, afin
que nous suivions les traces de ceux dont nous
célébrons la fete.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 8 Novembre 2007

elisabeth.jpg


"Oh! vois-tu, j'ai une compassion profonde pour les âmes qui ne vivent pas plus haut que la terre et ses banalités; je pense qu'elles sont esclaves et je voudrais leur dire: Secouez ce joug qui pèse sur vous; que faites-vous avec ces liens qui vous enchaînent à vous-même et à des choses moindres que vous-même?"

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Novembre 2007


Le Petit Placide adresse au collège st Jean de Passy, ses sincères condoléances à la suite du décès de Coco, dont il a connu les bons et les loyaux services exemplaires pour le collège.

Que Dieu l'accueille dans sa béatitude...


et fidelium animae per misericordiam dei requiescant in pace.


st jean de passy.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 7 Novembre 2007

profession-monastique.jpg
A
un certain point de vue, l'adoption dans la vie bénédictine est peut-être soumise à des conditions moins complexes que dans certaines formes modernes de vie religieuse: on peut devenir Jésuite, Dominicain, Franciscain, que moyennant des qualités très définies. Vous n'avez rien, je suppose, de ce qu'il faut pour être prédicateur, professeur, missionnaire; vous ne pouvez donc, sans témérité, entrer dans un Ordre qui est voué par définition aux missions, à l'enseignement, à la prédication. Sans doute, nul ne songera à se faire moine simplement parce que les autres portes lui sont fermées. Mais enfin, dans la vie bénédictine, on ne réclame guère de nous qu'une aptitude: la disposition intérieure à nous sanctifier.  Et cette aptitude existe lorsqu'on a une âme baptisée et qu'on est résolu à développer les énergies de son baptême.


Une santé très ordinaire peut suffire à notre tâche monastique. Mais ce qui importe de demander au candidat à la vie contemplative, c'est un certain équilibre de tempérament, qui n'est pas toujours très commun dans notre siècle d'impulsifs et de névrosés. Celui qui  se voue à la vie monastique avec une tête un peu faible et des tares intellectuelles y perdra tout ce qui lui reste, ou du moins deviendra un fardeau pour ses frères et un danger pour la communauté. Une préoccupation exagérée de la santé, du moi, de l'honneur et des attentions qu'il mérite, serait d'assez triste augure; l'hypertrophie du moi peut-être le premier indice de la folie. Au reste, il ne suffit pas, pour éliminer un candidat, de constater chez lui certains défauts légers et quelques tendances égoïstes, sinon personne ne serait élu.

Il n'est pas besoin d'être Platon ou Aristote pour faire oeuvre de contemplatif chrétien. Mais il y aurait certainement présomption à entrer aujourd'hui dans la vie contemplative, nous ne disons pas seulement sans culture préalable de l'intelligence, - ce qui est interdit par le Saint Siège - mais sans un goût réel des choses spirituelles. La vie contemplative ne consiste pas à rêver et à ne rien faire du tout. On doit même se défier de ceux qui négligent l'étude sous prétexte que nous ne sommes voués qu'à la contemplation pure, ou bien parce que, selon l'Apôtre:" la science gonfle". Il est notoire que le goût de la vraie et saine doctrine est, dans l'ensemble de notre vie, une garantie de persévérance, de dignité et de progrès, parfois plus assurée qu'une certaine forme de piété.

Il faut à celui qui se présente une disposition à prendre sa foi au sérieux, une disposition de vaillance. Au monastère, notre subsistance est assurée; nous n'avons pas l'aiguillon extérieur de la nécessité, ni cet encouragement que l'action porte avec elle. Si le contemplatif n'est pas aussi un courageux, il deviendra vite un traînard, un fuyard de la perfection, un inutile. On lui demande encore l'amour du calme, du silence, un certain éloignement pour le monde, pour la politique, pour l'action extérieure, pour un ministère qu'il a librement abandonné, même, ajouterions-nous volontiers, pour les affaires de sa famille; nous n'avons pas à assurer l'avenir de nos frères, de nos soeurs, de nos neveux ou nièces; notre prière et notre fidélité seront plus efficaces auprès de Dieu que des industries humaines pour lesquelles nous n'avons plus de compétence. Le candidat doit avoir aussi un bon caractère et une certaine jeunesse d'âme: les esprits critiques, grincheux, insociables, sont peu faits pour une Règle qui exige un contact perpétuel avec des frères et une soumission filiale envers l'Abbé.


Enfin, une excellente marque de vocation à la vie contemplative est décrite par ce passage de l'Ecclésiastique:" Ayant le souci de la beauté, ils mettaient de la paix et de l'ordre dans leur maison".

Le souci de la beauté n'implique pas forcément des goûts d'artiste et des aptitudes aux beaux-arts; mais il implique une tendance à ne rien faire à demi, à réaliser la pureté parfaite, une disposition délicate à ne laisser rentrer chez soi, sous aucune forme de déguisement, les petites passions d'un monde auquel on a renoncé.

La courtoisie, la disposition dans les relations avec le Seigneur comme avec les frères découlent aussi de ce culte pour la beauté; de même l'amour éclairé de l'Office divin, de ses rites et de ses chants.

dom Delatte: la vie bénédictine.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 6 Novembre 2007

chatons-de-france.jpg

A partir d'aujourd'hui, pour chaque abus liturgique perpétré,
nous abattrons froidement un châton.
Vous seul(e) pouvez faire cesser le massacre...
Boycottez les abus liturgiques, dès aujourd'hui !

association de défense des châtons de France.

sauvez-les-chatons.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Novembre 2007

fontgombault-copie-2.jpg

L
'oeuvre de Dieu dans sa forme achevée et parfaite, la louange divine dans son expression liturgique la plus accomplie et la plus large, telle est l'occupation centrale et première de la vie monastique; ce que saint Benoît appelle l'Oeuvre de Dieu. "lOpus Dei": l'Oeuvre qui a Dieu et Dieu seulement pour objet direct, l'Oeuvre qui signifie Dieu, l'Oeuvre qui réalise des choses divines, l'Oeuvre à laquelle Dieu s'intéresse uniquement, dont il est l'Agent principal, mais qu'il a bien voulu voir s'achever par des mains et sur des lèvres humaines.


Le Sacrifice Eucharistique est l'Oeuvre centrale du culte catholique, mais autour de ce Sacrifice, auquel les moines donnent un éclat et une solennité particulière, se groupent les diverses heures de la louange divine, célébrées elles aussi avec toute la splendeur des chants et des cérémonies de l'Eglise.

Alors que la vie chrétienne telle qu'elle est menée communément dans le monde, ne laisse à Dieu qu'une part peu considérable et des instants rapides, depuis surtout que la célébration solennelle des divins Offices a cessé presque partout dans l'Eglise et a été désertée par les âmes chrétiennes là même où elle existe encore, le moine appartient par toute sa vie, par toutes les heures du jour et de la nuit au culte divin, à la louange divine.: il veille constamment à ce que  de la terre vers le ciel s'élève ce concert des voix qui bénissent le nom de Dieu. Alors aussi que de la terre, ne se bornant plus à l'oubli, pousse jusqu'au blasphème et que tout ce qui lui rappelle Dieu lui est un lui est un pesant fardeau et une entrave odieuse, la vie monastique est le tribut prélevé par Dieu sur la race humaine; ce devoir essentiel du culte et de la religion, l'adoration, la louange, la prière et l'action de grâces, la voix de l'amour et la voix du repentir monteront sans cesse jusqu'au trône de Dieu. S'il est vrai que Dieu n'a pas pu en toutes choses chercher que sa gloire,  et le monde entier n'a d'autre fin que de la procurer, qui peut nier que là soit pleinement remplie l'intention divine où la vie chrétienne n'a d'autre but, d'autre dessein, d'autre fonction, d'autre emploi que d'être tout entière dépensée pour la gloire et pour l'honneur de Dieu.

Telle a été la pensée de saint Benoît. Aussi a-t-il consacré à la distribution et au règlement de l'office divin une portion considérable de sa Règle, et avant toute chose demande-t-il à celui qui vient au monastère l'attention et l'amour pour l'Office divin,

Le moine ne doit "rien préférer à l'Oeuvre de Dieu".
De fait, c'est à elle que se réfèrent tous les autres travaux monastiques; c'est elle qui détermine tout notre horaire, elle réclame presque toutes les oeuvres de notre journée et les meilleures. Nous sommes moines avant tout pour cela, nous avons à procurer la gloire de Dieu et à nous occuper de Lui, à lui rendre honneur, hommage et service selon les formes, les prières, les chants et les cétémonies instituées par l'Eglise. Nous devons ainsi associer notre voix à la voix des Anges et devancer les heures de l'éternité. Nous avons à dépenser la vie d'ici-bas auprès de Celui qui est uniquement intéressant, uniquement sympathique, uniquement attachant.


Il se trouve d'ailleurs que la prière de l'Eglise, célébrée avec intelligence et piété pour honorer Dieu, devient pour nous le moyen de notre sanctification. Rien n'assainit l'âme comme le contact avec Dieu; rien n'élève l'âme comme l'exercice de sa tendresse avec Dieu. Ainsi puisons-nous à la même source encore de la liturgie sainte et le moyen de rendre gloire à Dieu, et le procédé de notre sanctification. Même ces deux éléments réagissent l'un sur l'autre; le contact avec Dieu purifiant et élevant notre âme, et notre âme sanctifiée devenant plus capable d'offrir à Dieu une adoration digne de lui. A me- sure que s'élimine tout ce qui est de nous, nous entrons plus pleinement dans le Mystère et le Sacrifice du Seigneur, jusqu'à ce que le Christ soit tout en nous tous. N'est-ce pas là la plénitude de la vie chrétienne?

Il n'importe pas du tout que le monde ne comprenne rien à cette oeuvre de la prière et qu'il n'en apprécie point la portée, si ce n'est peut-être au point de vue esthétique: et encore, combien pénètrent la réelle et surnaturelle beauté des rites de l'Eglise et du chant sacré?

Nous croyons pourtant à la valeur apostolique et sociale de notre prière, et nous pensons atteindre directement par elle non seulement Dieu et nous, mais encore le prochain. Sans même parler de son influence secrète sur la marche providentielle des évènements, n'y a-t-il pas une prédication très efficace dans le spectacle d'un Office divin dignement célébré?

Depuis l'heure de la primitive Eglise, la liturgie catholique est un principe d'unité pour le peuple de Dieu, et la charité sociale a été créée par elle.

Faut-il espérer voir renaître la vraie et profonde solidarité du peuple chrétien en dehors de cette réunion de tous autour de Dieu, dans une même prière et la Communion à un même pain vivant?

Quoiqu'il en soit, nous consentons d'ailleurs à ne rien produire qui se voit et se palpe, et à n'avoir pas d'autre utilité que celle d'adorer Dieu.

Et joyeusement nous prenons notre parti de n'atteindre par l'Opus Dei que le but essentiel des choses, la fin de toute création intelligente, la fin même de l'Eglise.

dom Delatte: la vie monastique.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Novembre 2007


st-sacrement.jpg

La vie religieuse n'est pas distincte de la vie chrétienne; elle n'est pas quelque chose de nouveau et de surajouté au christiannisme; elle en est un état; la condition achevée et comme l'épanouissement. C'est l'"état de perfection", où la vie parfaite organisée. Car autre chose est la perfection, autre chose l'état de perfection. On peut être dans la perfection sans être dans l'état de perfection et inversement dans l'état de perfection sans être dans la perfection.

La perfection surnaturelle de l'homme réside essentiellement dans la charité, non pas initiale, mais dominante et souveraine; elle consiste dans un degré  éminent de charité, ou même dans l'ensemble complexe de tout ce qui nous unit à Dieu profondément, solidement, de façon stable et continue. Toute âme chrétienne est tenue à la perfection. C'est à l'ensemble de ses disciples, c'est à tous et à chacun de ceux qui sont à lui que le Seigneur a dit"Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait". (Mt. 5,48).  Le baptême nous a établis en union avec N.S. Jésus-Christ et portés dans sa vie. Avons-nous le droit d'échapper à notre baptême, de nous rendre volontairement inférieure à ce qu'il a fait de nous? Nous est-il loisible de nous éloigner de Dieu?

De cette affirmation que la perfection est un devoir universel pour les chrétiens, il ne suit pas du tout que tous doivent entrer dans la vie religieuse, ni que tous soient astreints au renoncement réel à tout ce qui n'est pas Dieu ni à l'exercice indiscret des conseils. Mais il reste que chacun est tenu à la perfection, c'est-à-dire à la charité, selon sa condition et son état, ce qui est compatible avec la variété des situations humaines. Ni la richesse, ni le mariage, ni la politique, ni l'action, ni la vie militaire  ne sont inconciliables avec la charité. Il suffit d'aimer Dieu par dessus toutes choses, sans rien  accueillir jamais dans son coeur qui soit contraire à l'amour de Dieu.

Mais cette perfection est rare dans les conditions de la vie commune. En vue de la réaliser plus intégralement et plus aisément, certaines âmes se déterminant librement à renoncer pour Dieu à tout  ce qui pourrait etre un embarras, une division ou une entrave à leur charité: ce renoncement étant non seulement intérieur et d'affection, mais encore extérieur et affectif. Tel est le but des trois voeux de pauvreté, chasteté, obéissance: assurer et garantir la liberté de la charité en immolant de façon définive et irrévocable les trois grandes convoitises: concupiscence des yeux, concupiscence de la chair, orgueil de la vie. La pauvreté soustrait aux tracas des richesses, la chasteté aux sollicitudes d'une famille, l'obéissance aux périls de la volonté propre.

Celui qui est riche et celui qui veut le devenir ont le coeur partagés: ils peuvent aimer Dieu, mais ils aiment autre chose que Dieu, quelque chose à côté de lui: ils sont moins libres de leur âme qui est attachée ailleurs. C'est pour cela que le Seigneur donne avant tout le conseil de la pauvreté à quiconque cherche la perfection: " Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres: puis viens et suis-moi".

Après la pauvreté, la chasteté: la pauvreté consitant dans le renoncement aux richesses pour assurer sur ce point le libre exercice de la charité envers Dieu, la chasteté perpétuelle consiste dans le renoncement au mariage pour assurer sur ce point le libre exercice de la charité. Rien en effet ne détourne de cette liberté, rien ne divise l'âme autant que le souci d'une femme, des enfants, d'une famille. Et comme la perfection du voeu de pauvreté consiste à n'être riche que de Dieu, la perfection du voeu de chasteté consiste à n'avoir d'affection que pour Dieu et selon lui. A ce titre la chasteté doit être aimée comme est aimée la charité. Elle ne sautait être considérée comme comme pis-aller, comme une loi nécessaire -"dura lex, sed lex"- Dans la vie religieuse pauvreté et chasteté sont toutes deux parfaitement aimables dans leur rapport avec Dieu  à qui elles nous attachent.

Mais le bien le plus réel, le plus inaperçu, le plus encombrant que nous portions en nous-mêmes, c'est notre propre volonté. Plus que tout, c'est là ce qui nous distrait, nous retient, nous empêche d'être à Dieu. Toutes les autres entraves n'existent que parce que celle-là existe. C'est de la volonté que tout dépend et c'est de la volonté propre que tout vient le mal. Le voeu d'obéissance nous y fait renoncer en nous livrant à la volonté d'un autre, d'un supérieur, afin d'apprendre de lui la charité, la perfection, l'art d'aller à Dieu.

Un religieux est donc un chrétien, un chrétien qui se donne à Dieu totalement par les voeux de religion. Tout chrétien est religieux dans un sens et dans une mesure, parce qu'il est attaché à Dieu et voué à son culte. Mais ce que le simple chrétien n'est qu'adjectivement et d'une façon partielle, accidentelle, momentanée, le religieux l'est substantiellement, absolument, totalement. Il est tout entier voué au culte et à l'honneur de Dieu: c'est comme l'enseigne la tradition chrétienne, un sacrifice complet, un holocauste, où la victime  passe toute aux mains de Dieu. La perfection est à lui, parce qu'il est uni à Dieu; la religion est à lui, parce qu'il s'est donné sans esprit de retour; l'holocauste existe, parce qu'il n'a rien excepté. C'est l'abandon complet, absolu de l'homme à Dieu pour li appartenir sans réserve. C'est l'achèvement de la créature et sa vraie gloire. Ainsi sont réalisés le but essentiel de la création, la fin de l'ordre surnaturel, l'honneur de Dieu et la sainteté.

C'est grâce à la vie religieuse que le Seigneur recueille de la gloire  "sur la terre comme au ciel" et que le but de l'Incarnation est vraiment atteint.

Croyez-vous que le Seigneur ait donné son sang pour obtenir ce que le monde lui donne?
Des âmes baptisées, allant de chute en chute, usant leur vie dans l'éloignement de Dieu, dans des efforts intermittants suivis de rechutes plus lourdes, jusqu'à ce qu'enfin, épuisées, brisées par leurs chutes, elles s'endorment avec l'absolution et l'Extrême-onction....
Croyez-vous que le Seigneur n'ait pensé qu'à celà et à cette fin prosaique?
Jugez-vous que cela soit suffisant pour répondre à l'Incarnation et à la Rédemption?

Nous n'avons pas été aimés à demi. Dieu n'a pas usé de limitations ni de réserves. Il a épuisé toutes les ressources de son amour et s'y est mis tout entier. Il a pris son coeur, le Fils de sa tendresse, et nous l'a donné. Il nous a tout donné lui-même dans son Fils. Il n'y a qu'une seule réponse suffisante, c'est la charité absolue, qui ne se réserve rien. Si Dieu se fut tenu à la parcimonie, à un amour mesuré, à une Rédemption accomplie au meilleur marché possible, la vie parfaite n'eût sans doute pas germé sur la terre. Mais elle ne pouvait y manquer dès que le Seigneur, après avoir créé la grâce, et l'Incarnation, et l'Eucharistie, nous donnait la promesse de l'Eternité. Il n'était pas possible que , dans une mesure et au moins chez quelques uns, il n'y eût effort pour répondre un peu dignement à ces libéralités de Dieu.

La vraie façon d'aimer est d'aimer sans réserves: c'est la loi du christiannisme, et la vie religieuse n'en est que le corollaire attendu.

dom Delatte: la vie bénédictine.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0