Publié le 18 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Juillet 2018

le 12 janvier 1996, le Pape Jean-Paul II a déclaré la petite  Maria del Carmen González-Valerio Vénérable,

"Mari Carmen s'est assise sur son lit, a étendu les bras ouverts vers le ciel et semblait vouloir se débarrasser de quelque chose qui la dérangeait, en disant : "Lâche-moi, je veux partir ! Quand on lui a demandé où elle voulait aller, elle  a répondi : "Au ciel ! Je vais le voir sans passer par le purgatoire, parce que les médecins m'ont martyrisé. Mon père est mort en martyr, je meurs en victime."

 

Maria Carmen est née à Madrid, en Espagne, le 14 mars 1930, deuxième de cinq enfants. Elle est tombée gravement malade immédiatement après sa naissance, de sorte qu'elle est baptisée tout de suite. Le bon Dieu n'a pas voulu attendre d'effacer de son âme le péché originel, de lui offrir sa grâce et de faire d'elle son enfant. Suite à des circonstances inattendues, elle est confirmée à l'âge de deux ans, le 16 avril 1932, grâce à l'initiative de Mgr Tedeschini, nonce apostolique en Espagne et ami de la famille. Le Saint-Esprit était impatient de lui donner le courage dont elle aurait besoin plus tard.

A l'âge de six ans, elle fait sa première communion. La date a été avancée à la demande de sa mère, qui dira plus tard : "J'étais alors convaincu que l'Espagne, et surtout notre famille, traverserait des moments difficiles. On pouvait voir la persécution religieuse se brasser, et je voulais que Maria Carmen fasse sa première communion avant."

Dans sa Lettre aux enfants, datée du 13 décembre 1994, le Pape Jean-Paul II écrivait : "Combien d'enfants dans l'histoire de l'Église l'Eucharistie a-t-elle été une source de force spirituelle, parfois même héroïque !

C'est pourquoi le Pape Pie X a permis et encouragé la communion dès l'âge de raison. Maria Carmen a bénéficié de cette faveur, comme l'a témoigné sa mère : "Elle a vraiment commencé à grandir sur le chemin de la sainteté après sa première communion." De plus, c'est à l'occasion d'une Sainte Communion qu'elle fera son offrande complète à Dieu.

Le 15 août 1936, des miliciens communistes ont arrêté son père, qui a dit à sa femme : "Nos enfants sont trop jeunes, ils ne comprennent pas. Dites-leur plus tard que leur père a donné sa vie pour Dieu et pour l'Espagne, afin que nos enfants soient élevés dans une Espagne catholique, où le crucifix règne dans les écoles". Il est assassiné peu de temps après.

Un sens de la modestie

Maria Carmen se distingue par son sens de la modestie, pratiquée même dans les détails. Sa mère raconte :

"Un jour, Maria Carmen devait aller à une fête d'anniversaire avec d'autres enfants. Je lui avais mis une petite robe sans manches à col bas, et je lui avais dit de ne pas la froisser. Mais j'ai réalisé qu'elle avait mis une veste dessus. Je me suis mis en colère et je l'ai grondée. Elle m'a dit, en pleurant, qu'elle ne sortirait pas avec cette robe. Ma mère, qui a été témoin de la scène, m'a pris à part et m'a dit que je n'avais pas le droit de supprimer son sens de la modestie donné par Dieu, et que je serais responsable devant Dieu de l'éducation que je lui ai donnée. Alors Maria Carmen est allée à la fête avec sa veste."

 

Maria Carmen excelle aussi dans la charité pour les pauvres. Quand l'un d'entre eux sonne à leur porte, et qu'elle ouvre, elle lui donne toutes ses petites économies, puis dit au pauvre homme : "Maintenant, sonne encore pour que maman te donne quelque chose." La piété de Maria Carmen s'est manifestée très tôt. A l'âge de quatre ou cinq ans, elle aime diriger la récitation du Rosaire familial et récite par cœur les litanies de la Bienheureuse Vierge Marie. Comme Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, elle a fait une "perle de pratiques", sur laquelle elle compte ses actes de vertu. De cette façon, elle pratique l'"examen particulier" des vertus et des fautes proposées par Saint Ignace de Loyola. Dans le même esprit, elle tient un livre des "actes", pour connaître les vertus et les obligations de chaque jour : obéissance, mortification, classe, étude, chapelet, communion, messe, messe, prières, etc.

Maria Carmen aime offrir ses petits sacrifices au Cœur de Jésus. Son professeur de religion raconte : "Quand j'ai préparé les enfants pour la confession, je pouvais voir sur son visage son horreur du péché et ses efforts pour faire un bon acte de contrition." Tous ses actes, malgré son jeune âge, proviennent d'une source profonde : son intimité avec Dieu.

La grand-mère avait raison : le sens de la modestie vient de Dieu. Le 8 décembre 1995, le Conseil Pontifical pour la Famille écrivait, dans une instruction contre certaines tendances éhontées qui se répandent dans la société d'aujourd'hui :

"Même s'ils sont socialement acceptés, il y a des façons de parler et de s'habiller qui sont moralement mauvaises.... Les parents doivent donc enseigner à leurs enfants la valeur de la modestie chrétienne, à s'habiller de façon sobre, à apprendre à ne pas se sentir obligés de suivre les modes - tout cela étant les caractéristiques d'une personnalité mûre".

Après la mort de son mari, Mme Gonzales-Valerio est en grand danger, à cause de sa foi chrétienne. Elle se réfugie à l'ambassade de Belgique, alors que ses enfants sont pris en charge par une de leurs tantes. Un jour, ils apprennent que les enfants doivent être envoyés en Russie, comme tant d'autres, pour être élevés dans le marxisme. L'ambassadeur accepte alors de les emmener à l'ambassade, malgré le manque d'espace. Nous sommes le 11 février 1937.

L'âme de la victime pour la conversion des pécheurs.

Maria Carmen a ses propres secrets. Dans son livre des "actes", elle a écrit trois fois : "personnel". Elle demande souvent son cartable qui contient le journal intime dans lequel elle a écrit ces mots qui peuvent être compris par elle seule : "Je me suis donné à Dieu dans la paroisse du Bon Pasteur le 6 avril 1939." Elle a aussi écrit : "Ils ont tué mon pauvre père." Et, sur l'une des dernières pages : "Vive l'Espagne ! Vive le Christ Roi ! cria le même cri des martyrs de la guerre civile espagnole. Et aussi : "Pour papa, le 7 mai 1939, personnel." Elle dira à son infirmière : "Mon père est mort en martyr. Pauvre maman ! Et je meurs en tant que victime."

Une conversion frappante

Le 3 novembre 1940, Azaña meurt à Montauban. Selon le témoignage de Mgr Théas qui l'a assisté à sa mort, Azaña, malgré son cercle, a reçu avec lucidité le sacrement de la Pénitence, ainsi que l'extrême-onction et l'indulgence plénière, expirant tranquillement dans l'amour de Dieu et dans l'espoir de le voir un jour. Il ignorait le fait que son chemin avait croisé celui d'une fillette de neuf ans qui avait prié et souffert pour lui.

Maria Carmen avait prédit à maintes reprises qu'elle mourrait le 16 juillet, fête de Notre-Dame du Mont Carmel, sa patronne. Mais, quand elle a appris que sa tante Sophia se marierait ce jour-là, elle a annoncé qu'elle mourrait le lendemain. C'est exactement ce qui s'est passé. Le 17, vers 13 heures, elle commence à prier et à entendre les anges chanter.

"Je meurs en martyr. S'il vous plaît, docteur, laissez-moi partir. Ne voyez-vous pas que la Sainte Vierge est venue avec les anges pour m'attraper ?" Au grand étonnement de tous, dit-elle, les mains jointes :

"Jésus, Marie, Joseph, que je respire mon âme avec Vous." Ce sont ses derniers mots.

Puis, se soulevant légèrement, comme pour obtenir quelque chose, elle retombe sur son oreiller, et respire son dernier, sans agonie, sans ses traits tendus de souffrance. Ayant été défigurée par sa maladie, elle récupère dans la mort toute sa beauté, et son corps exhale un doux parfum. Le médecin légiste certifie la mort, mais constate avec étonnement que le cadavre de l'enfant ne ressemble pas à un cadavre.

L'exemple de Maria Carmen nous met devant nous un fruit de la grâce de Dieu, rendu fécond par une bonne éducation. Demandons à la  Vénérable Maria Carmen d'intercéder pour les familles.

Dom Antoine-Marie, OSB
St. Joseph de Clairval Abbey

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 18 Juillet 2018

 

 

Le 3 août, l'habit sera transféré au Sanctuaire du Pluvier, également à Assise, lieu où saint François a reçu l'habit franciscain classique qui identifie les membres de son ordre.

Ce pèlerinage s'inscrit également dans le cadre de la célébration du 100e anniversaire de l'apparition des stigmates de Padre Pio et du 50e anniversaire de sa mort en 1968.

Padre Pio, dont le nom de baptême est Francesco Forgione, est né le 25 mai 1887 à Pietrelcina (Italie) dans une famille catholique.

A l'âge de 15 ans, il rejoignit les Frères Capucins. Il a été ordonné prêtre le 10 août 1910, à l'âge de 23 ans.

Le corps du saint capucin est resté intact jusqu'à des années après sa mort et a été envoyé à Rome en février 2016 dans le cadre des activités du Jubilé de la Miséricorde. Jean-Paul II, qui l'a connu, l'a canonisé en 2002.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Juillet 2018

 

 

 

 

 

 

la rigueur d'une source et l'esprit de toujours.

 

 

Pour peu que l'on se soit habitué à opposer « aujourd'hui » à « toujours », la pensée propre à Fontgombault ne manquera pas de surprendre un visiteur bien de son temps… au risque de lui faire écourter la retraite prévue à l'hôtellerie. Ce ne sont certes pas les bons repas ni les belles lectures qui lui auront manqué. Ce ne sont pas non plus les offices, admirablement priés et chantés par les soixante frères ou plus, qui l'auront déçu. Tout simplement et prosaïquement, s'il vient à la Toussaint ou en hiver, le froid de l'abbatiale et les longues prières du matin (bien que facultatives aux hôtes) l'auront étonné, d'abord. Puis l'impossibilité de parler aux frères s'il va travailler avec eux aux champs. Dans tout cela, rien de bien surprenant : la Règle prévoit que l'on mortifie la chair et que les moines évitent absolument de parler avec les gens du siècle, à cause de leur vocation de se retirer du monde. La réputation de cette abbaye n'est plus à faire, depuis la visite du cardinal Joseph Ratzinger il y a une quinzaine d'années. Peu de gens savent combien il a été émerveillé de la beauté des messes basses, célébrées toutes à la même heure chaque matin aussitôt après Matines.

Dans un parfait silence, l'abbatiale s'illumine alors des lueurs discrètes des cierges (soigneusement entretenus par le dernier frère arrivé, pour que les mèches ne soient jamais trop longues et que la cire ne s'accumule pas sur les bords) : derrière chacun des piliers, consacrés à des saints indiqués sur un plan que l'on trouve à la sacristie, un prêtre offre le saint sacrifice au nom et en la personne de Jésus ressuscité. Seul l'assistant communie, un frère dont c'est le tour hebdomadaire. Quelques fidèles cependant, ainsi que les retraitants qui le désirent, assistent et répondent à voix basse, aidés de leur missel en latin (une traduction française est sur la page en vis-à-vis). La paix de cette atmosphère, et surtout la joie profonde, numineuse1, qu'on lit sur les visages, vous remplit d'une force dont aucun psychanalyste dira qu'elle relève d'une névrose collective, à moins d'un aveuglement qui dépasse les limites de l'entendement !

Fontgombault a une pédagogie efficace à l'égard des nouveaux arrivants au postulat : accueillir leur propos de devenir moines et leur apprendre par petites touches les points sur lesquels ils se font quelques illusions. De sorte que les surprises peuvent être soit nombreuses, soit désagréables, soit rares, selon les cas. Toujours est-il qu'il vous faudra apprendre à ne vous laver par une douche qu'une seule fois par semaine et sans laisser couler l'eau, par souci de pauvreté. Que vous demanderez permission de vous arrêter faire pipi au cours d'une promenade, au maître des novices ou à l'un des jeunes frères le remplaçant s'il est absent.

Si les Pères de l’Église vous passionnent, il faudra remettre ces lectures à plus tard, car vous commencerez par copier chaque matin le commentaire de Dom Delatte sur le Psautier (sans en oublier l'introduction fleuve adressée aux esprits du 19e siècle, à peu près inutile aux lecteurs d'aujourd'hui)… par esprit de dévotion à un idéal traditionaliste, dont ici le -iste n'est qu'un euphémisme bien faible. Si le chapitre des coulpes du vendredi matin vous étonne, vous apprendrez que c'est une vieille tradition et que l'on a supprimé l'usage de dénoncer publiquement la faute d'un frère, à cause de l'abus de sentiments peu fraternels justement, qui se servait de cette occasion pour blesser l'autre.

Alors vous publierez vos fautes (exceptées celles du for interne) devant tous, en plus de la confession hebdomadaire faite au maître des novices : car bien que le sacrement ait déjà effacé ces fautes, le fait de les avouer devant tous à l'abbé vaut réparation. Bien que pour les splendeurs incomparables du chant grégorien, un jeune novice soit prêt à tous les sacrifices, il en est un au sujet duquel tous ne sont pas égaux : celui des efforts sportifs. Ici, tout est de très haut niveau : outre le petit-déjeuner qu'il faut attendre depuis 4h45 jusque 8h, en chantant, vous apprendrez rapidement à laver le sol des cuisines, une fois par mois, le samedi après-midi, en une heure quinze – réalité qui relève de l'exploit technique, ou artistique, si vous glissez un peu sur le sol, dans vos chaussures.

Faut-il compter le poids des lourdes chaussures noires, faites dans les ateliers du monastère par les frères convers ? L'auteur de ces lignes peut vous assurer que oui, car il eut l'honneur de passer une heure quinze à prendre la mesure de ses futurs souliers - pesant deux à trois fois plus que nos chaussures de cuir normales – puis des habits monastiques. Sur le plan moral, il faut avoir la santé d'envisager constamment une possible sortie (définitive) du monastère, pour cause d'indiscipline. Apprenez une fois pour toutes qu'écrire et poster une lettre pendant l'Avent ou le Carême est une raison suffisante de l'échec de ce projet dans lequel vous viendriez d'investir la durée de presque toute une existence

Si l'ampleur de la disproportion vous met mal à l'aise, c'est que vous n'avez pas le sens requis de l'obéissance, laquelle ne saurait souffrir d'écarts, non seulement dans son principe logique, comme l'attestent d'ailleurs le Talmud et la Mishna, continués par certains théologiens, mais aussi dès le principe de la vie monastique, qu'est la période d'essai du noviciat. On dira que s'il y a une loi, on doit pouvoir trouver, de la part d'un supérieur, une « dispense » de loi. Mais cette idée, pour exacte qu'elle soit, paraîtra bien venir d'un jésuite (de qui nous la tenons, soit dit en passant…), et ne vous servira aucunement de défense au cours du long procès qu'on vous aura fait (plus d'une heure). Deux jours plus tard, vous serez parachuté dans le siècle à l'endroit de votre choix, pataugeant dans la mare désagréable de nouveaux projets, tant spirituels que temporels, à réaliser de façon chronométrée, habile, efficace et… charitable. Bref, vous ne vous en sortirez pas sans humour, tant il est vrai que celui-ci est la dernière ressource de l'esprit à qui sent le monde s'effondrer soudain sous le poids de la bêtise – la sienne d'abord, celle des autres (que le Juge en décide un jour!), ensuite.

Il est néanmoins une leçon fort utile à prendre des vénérables murs de cette abbaye où des générations d'hommes héroïques certainement, comptant parmi eux un nombre de saints connu de Dieu seul, ont sacrifié leur confort matériel sur les autels de la piété, mus par un amour intense et débordant : par le froid supporté dans l'abbatiale la majeure partie de l'année, ils ont fait fondre, puis réchauffé un grand nombre de coeurs qui s'étaient refroidis par leur manque de charité, de piété, de sagesse. Cela leur a coûté, certes, mais il est bon de ne pas donner seulement ce que l'on doit, selon la justice, quand on est appelé à la vie bénédictine

Selon le mot de saint Anselme, il est de notre devoir, après avoir compris la surabondance inouïe de la charité qui est dans le Coeur de Jésus, et sourd depuis la croix, de nous dépasser nous-mêmes et de dépasser toute idée de justice par un don plus grand, par une mesure plus généreuse que celles de nos intérêts personnels. C'est bien alors le signe qu'on aura donné joyeusement. Qu'importe si Dieu, après avoir vu votre offrande, refusait que vous persévériez et vous envoyait par d'autres aventures, non moins fécondes après tout, selon la grâce qu'il sait donner lui aussi, dépassant nos propres idées sur « la vie dans le siècle », « la vie professionnelle », et « la vie quotidienne »… Qui a sondé les profondeurs de la Sagesse divine, pour en être le conseiller ?

Matthieu Cailleau

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Matthiieu Cailleau .

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Juillet 2018

"Quand l'enfant nous regarde, on sent Dieu nous sonder. "

"Cuando el niño nos mira, sentimos que Dios nos está probando ¡

 

victor Hugo.

 

"Aujourd'hui si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre coeur"

 

"Hoy si oyes su voz, no endurezcas tu corazón"

règle de st Benoît .

 

Es mi sobrino, y tiene que enviarme un video para mí solo. !!!para que pueda oír su voz, ¡no pero! ¡Es el mejor de todos!

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Juillet 2018

cette histoire m'a été racontée par Mgr Vassili Rodzianko. Son oncle le colonel Pavel Rodzianko a participé à la commission de l'enquêteur Sokolov sur le meurtre de la famille royale. Non loin de l'endroit où la preuve du crime a été détruite, les enquêteurs ont trouvé le chien préféré de Tsarevich Aleksey - Joy sous Ekaterinbourg. Il est resté vivant. Avec l'armée blanche en retraite, le colonel Rodzyanko a atteint l'Angleterre, a été reçu par le roi, qui a écouté l'histoire de la mort de ses proches. Le chien  Joy a également été amené ici. Le roi l'a laissé pour vivre dans son chenil, et plus tard Joy a été enterré dans le cimetière des chiens royaux. Tel est le sort du chien du prince ...

Natalia Rodomanova

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Juillet 2018

 

 

 

Ikechukwu Ezenwa, 

 

9 gestes de foi qui ont marqué la Coupe du Monde 2018 en Russie.

 

 

 

"Je remercie Dieu pour cette joie et je vous remercie pour cette belle folie que vous avez dans chaque jeu ! Rien de plus joli que d'être argentin dans les bons et les mauvais moments."

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 16 Juillet 2018

24 octobre 1963

28 juin 1978

+

"Pour vivre dans l'éternité vous devez avoir la partie la plus importante exempte de péchés et de fautes,  cette partie est l'âme . Voici la clé de la vie. "

 

 

"Attendez calmement et vous aurez tout ce que vous voulez"

"Si Dieu est la source de toutes choses, Lui seul peut nous rendre vraiment heureux !"

"Si vous croyez en Dieu, vous avez le monde dans votre main."

+

site internet.

Sensible et intelligente, elle  a commencé dès l'âge de neuf ans à écrire un journal secret,  et  une phrase écrite environ à  13 ans et qui clarifie clairement la personnalité, la foi et la persévérance de Paola : "Si vous croyez en Dieu, vous avez le monde dans votre main.

Elle aimait tellement ses parents, à qui elle  dédiait les vers de ses poèmes ; elle a pratiqué  la danse classique et pendant trois ans la natation ; elle jouait facilement de la guitare, heureuse de chanter et de jouer pour ses parents ; elle exprimait la joie de vivre, en l'extériorisant au contact de ses compagnons qu'elle aimait beaucoup.
Elle a fréquenté avec profit le Lycée Artistique de Tarente, où son père est professeur

Une fille " extraordinairement " normale, avec ses débordements d'adolescence, ses joies et ses bouleversements, ses rêves et ses déceptions typiques de son âge.
Elle est devenu un modèle d'implication pour la "sainteté" vécue dans la vie quotidienne, à la maison, à l'église, à l'école, avec des amis ;

 

Né à Naples le 24 octobre 1963
à 3 heures du matin à la clinique Posillipo.

baptisé le 24 octobre 1963
dans la chapelle de la clinique participante
de la paroisse de via Posillipo, 111 - Naples.

 

Première communion le 28 mai 1972
dans l'église de S. Giovanni Bosco à Tarente.
administré par don GIuseppe Schiavarelli.

Sainte Confirmation 22 juin 1974
dans l'église de S. Giovanni Bosco à Tarente.
administré par S.E. Mgr Guglielmo Motolese,
Archevêque de Tarente.

 

Le 27 juin 1978 à l'hôpital Cotugno de Naples,
reçoit l'onction des malades.

le 28 juin 1978, Paola s'envole pour le paradis.

 

 

 

y aura peut-être un chapitre Adamo au pélé de Chartres ! hu hu hu y a que des gens bien sur le petit Placide !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0