Publié le 12 Septembre 2018

 

 

 

 

"Aujourd'hui si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre coeur"

règle de st Benoît

 

Le Secrétaire personnel de Benoît XVI a également souligné que "si l'Eglise ne sait pas se renouveler à nouveau en ce temps avec l'aide de Dieu, c'est tout le projet de civilisation qui est à nouveau en danger".

 

"Mais ne devrions-nous pas aussi penser à ce que le Christ doit souffrir dans sa propre Église ? Combien de fois le sacrement de sa présence est-il abusé, et dans le vide et la méchanceté du cœur où il entre souvent ; combien de fois célébrons-nous seul sans nous en rendre compte ; combien de fois sa Parole est-elle déformée et abusée ; combien de fois sa Parole est-elle déformée et abusée ; combien de fois y a-t-il peu de foi dans de nombreuses théories, combien de paroles vides ! Combien d'orgueil, combien d'autosuffisance, combien de respect nous avons pour le sacrement de la Réconciliation, dans lequel il nous attend pour nous relever de nos chutes ! C'est aussi présent dans sa passion. La trahison des disciples, l'accueil indigne de son Corps et de son Sang, est certainement la plus grande douleur du Rédempteur, celui qui perce son cœur. Nous ne pouvons que crier du fond de notre âme : Kyrie, eleison - Seigneur, sauve-nous".

Aujourd'hui, nous n'assistons qu'au tournant d'un changement d'époque que Dreher a prophétisé il y a des années aux États-Unis : il a vu venir la grande inondation !

Il réalise aussi que l'éclipse de Dieu ne signifie pas que Dieu n'existe plus. Au lieu de cela, cela signifie que beaucoup ne reconnaissent plus Dieu parce que les ombres ont été placées devant le Seigneur. Aujourd'hui, ce sont les ombres des péchés, des transgressions et des crimes dans l'Église qui obscurcissent pour beaucoup sa brillante présence.

.....

aciprensa

....

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 11 Septembre 2018

 

¡Gracias Ivan ! ¡Ése será mi lema! allez promis! aux armes citoyens !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 11 Septembre 2018

 

 

 

Eso es lo que él dijo Alexandro i Ivan ..  ! !!!! Eres el mejor, ¡vete! !!! estamos solos, ¿no? tant que le chapelet ne sente pas encore la naphtaline ! y a de l'espoir.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 11 Septembre 2018

Déboussolés par les dernières affaires d’abus sexuels, des fidèles expriment tout haut leur sentiment de honte et de sidération. Certains sont même tentés de tourner le dos à l’Eglise. Est-ce la bonne attitude à adopter en temps de crise ? Comment faire face à la situation en tant que fidèle ? Eléments de réponse avec Dom Jean Pateau, père-abbé de l’abbaye de Fongombault.

 

La tentation est grande chez certains de quitter l’Eglise après les dernières révélations d’actes pédophiles et le silence de ses responsables. Comment les fidèles peuvent-ils traverser spirituellement cette épreuve ?

D’abord, comme le répète souvent le Pape François, il ne s’agit pas de regarder l’Église du balcon, ou encore comme un bien de consommation qu’on prend ou qu’on laisse. Non, il n’en va pas ainsi : nous sommes l’Église. L’Église est sainte et pure en elle-même, mais elle est constituée de pécheurs dans ses membres. Il ne s’agit donc pas de tourner le dos à l’Église, mais de tourner le dos, de dire « non », aux péchés, commis parfois par des membres éminents de l’Église, abus sur mineurs, homosexualité active... Comment ceux qui devaient conduire leurs frères au Christ ont-ils pu se détourner du Christ au point de profiter des brebis confiées à leur garde ? Comment le silence, l’inaction, ont-t-il pu être gardés en face de souffrances intolérables ?

Quand de telles affaires viennent à la lumière, la première pensée des fidèles doit aller aux victimes. La souffrance doit aussi réveiller le cœur des croyants à la vue de l’image défigurée de l’Église proposée au monde. Qu’est devenu le resplendissement de son visage illuminé par le Christ, Lumen gentium, Lumière des peuples ? Nous devons tant à l’Église. L’aimer, c’est souffrir avec elle et pour elle, parfois par la faute de ses propres membres.

Enfin, ces événements éprouvent la qualité de notre foi et invitent à l’approfondir. Le Christ demeure la tête de ce corps qu’est l’Église. Purifions une vision trop humaine de l’Église, parfois aussi utilitariste, et recentrons-nous sur le Christ. Il est paradoxal de constater qu’alors que le Concile Vatican II a proposé aux chrétiens un riche enseignement sur l’Église, celle-ci semble moins aimée.

Dans son histoire, l’Église a-t-elle connu pareille crise ?

Au risque de choquer, mais considérant son histoire, je dirai que le régime habituel du chemin de l’Église sur la terre, c’est la crise ! Elle va de crise en crise. Le Seigneur l’a vécu lui aussi. Devant ses apôtres rassemblés, il annonce à Pierre que celui-ci va le renier trois fois. Pierre se récuse. Il est sûr de lui : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. » (Mt 26,35) Et Pierre renie. Voilà le témoignage de celui que le Seigneur a choisi comme chef des apôtres ! Et puis, il y a le Vendredi-Saint, la débandade générale : les disciples abandonnent leur maître. Tel est l’exemple de la fidélité humaine. Les trois convoitises sont à l’œuvre aussi dans l’Église : « la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la richesse. » (1 Jn 2,16)

Comment l’Eglise s’est-elle relevée de ces différentes crises?

Comparons Pierre et Judas. Celui qui a vendu son maître, pris de remords, va rendre l’argent de son forfait. Il espère en quelque sorte réparer par lui-même le mal commis. Seul, il ne s’en sort pas et se pend. Rapportant le reniement de Pierre, saint Luc se borne à dire : « Le Seigneur se retournant posa son regard sur Pierre. Alors Pierre se souvint… Il sortit et, dehors, pleura amèrement. » (Lc 22,61-62) On relève la délicatesse de Jésus. Son regard révèle mais ne condamne pas. Les larmes de l’apôtre tirent hors d’un cœur désormais purifié les scories d’un amour propre effondré. Il doit en aller de même pour tout homme. Pour se relever, il doit accueillir le regard purifiant du Christ sur sa vie, reconnaître et pleurer ses fautes et faire pénitence.

Aussi la situation actuelle, il faut le réaffirmer fortement, doit-elle être reçue comme une invitation à se recentrer sur le Christ, à se convertir. Pour les pasteurs, Benoît XVI résumait ainsi leur vocation : un « humble serviteur dans la vigne du Seigneur. » Humilité et volonté de servir sont les conditions premières pour éviter les crises et éventuellement les résoudre.

L’ampleur du scandale est telle qu’on se demande s’il ne s’agit pas d’une manœuvre du Diable. Est-ce trop simpliste de raisonner ainsi ?

Que le Diable soit à la manœuvre, cela ne fait pas de doute. Tout ce qui est mauvais est fomenté ou au moins favorisé par lui. L’ampleur du scandale est le résultat de ses séductions et de ses intrigues. Mais ce qui est tout aussi certain, c’est que tout ce qui se passe est permis par Dieu en vue d’un plus grand bien. Il est tentant de faire un parallèle avec l’année du sacerdoce promulguée par Benoît XVI en 2009-2010 où apparaissent les premières révélations des scandales sexuels causés par des prêtres : de même, la crise actuelle arrive quelques mois après que le Pape François a demandé que Marie soit fêtée dans l’Église universelle comme Mère de l’Église. Une vraie mère telle que l’est Marie travaille à la purification de ses enfants. Aussi est-il plus important de considérer l’œuvre de Dieu que celle du Diable : Dieu est à l’œuvre dans cette purification, d’autant plus urgente qu’approche le synode pour les jeunes.

Dans sa lettre au peuple de Dieu, le pape François invite les fidèles à avoir recours à la prière et au jeûne. Comment ces armes spirituelles peuvent-elles nous aider à lutter contre les abus ?

D’abord, le Saint-Père, en rappelant la nécessité de la prière et du jeûne comme moyen pour mettre en fuite les démons les plus rebelles, ne fait que reprendre l’enseignement du Seigneur (Mt 17,21 ; Mc 9,29). La prière s’adresse au Seigneur qui est tout-puissant. Elle lui demande de guérir les cœurs de ceux qui ont été abîmés par la faute des gens d’Église, de les restaurer aussi dans l’amour de Dieu, dans l’amour de l’Église, dans l’amour du prochain et dans l’amour d’eux-mêmes. La pénitence, qui n’est plus vraiment à l’ordre du jour même dans l’Église, au sein d’une société marquée par la quête du plaisir, est le moyen de contrebalancer, par un renoncement volontaire, un excès dans l’usage des biens de la terre. La prière et la pénitence contribuent aussi puissamment à faire évoluer le regard que porte l’homme sur la création. Elle n’est pas sa propriété mais le lieu d’un chemin pour aller vers Dieu.

Prier et jeûner, est-ce suffisant ?

Ce regard renouvelé sur le monde, et par là-même sur la société, ne sera pas sans conséquence concrète. Dans le prolongement de la prière et du jeûne, il faut que l’Église mette en place les moyens de dépister les prédateurs, de les écarter de l’apostolat et des charges de gouvernement. Il faut aussi qu’elle enseigne de façon concrète à ses séminaristes et à ses prêtres les moyens d’affronter un monde perverti et qui conduit à la perversion. Les prêtres qui ont fauté sont d’abord des hommes, membres d’une société.

L’Église, à travers l’épreuve qu’elle vit, ne recevrait-elle pas le devoir d’interpeller la société sur ses incohérences ? Comment promouvoir une liberté sexuelle quasiment sans borne, comment imposer à tous la drogue des images provocantes dans les médias et sur les murs… et s’étonner ensuite que certains tombent ? Ces événements douloureux, qui ne touchent pas uniquement l’Église, soulignent la grave responsabilité dans l’éducation à un exercice responsable de la liberté. Construire une épave, c’est se préparer de nombreux naufrages… Au contraire, l’exemple de parents chrétiens, de familles unies, sont autant de témoignages pour des enfants. Inviter les parents à passer du temps avec leurs enfants, à les écouter, est aussi un moyen de prévenir les situations d’abus.

Un grand nombre de catholiques appellent à une purification de l’Église. Mais cette purification passe-t-elle uniquement par des réformes institutionnelles ?

Non, la réforme de l’Église ne passe pas d’abord par les réformes institutionnelles, mais premièrement par la réforme des cœurs. Les événements que nous vivons incitent chacun à ré-entendre la question de Jésus à Pierre : « Simon, fils de Jean m’aimes-tu vraiment ? » (Jn 21,15) et à tirer les conséquences de la réponse qu’il apportera.

C’est dans ce face à face avec le Christ que le pasteur trouvera la force quotidienne d’accomplir sa mission dans la vérité et la fidélité. Et alors il pourra penser à réformer des institutions qui, elles, n’ont pas les promesses de la vie éternelle. Enfin un mot pour conclure : ESPÉRANCE ; confiance aussi en Marie, Mère de l’Église.

famille chrétienne

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Septembre 2018

 

   Nous avons à vous parler d'un psaume qui répond à votre désir: il débute , en effet, par un saint désir que chante le Psalmiste :" Comme le cerf soupire après les sources d'eau vive, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu "

   Qui dit cela ? Nous tous, si nous voulons. Et pourquoi cherches-tu loin de toi qui parle ainsi, quand tu peux être celui que tu cherches?

   Pourtant tu n'es pas seul ainsi, c'est tout un corps qui désire: le corps du Christ, son Eglise, bien que tous ceux qui entrent dans l'Eglise n'aient pas ce désir . Mais ceux qui ont goûté la suavité du Seigneur et en ont trouvé la saveur dans ce cantique ne doivent pas se sentir seuls en possession de cette joie.  Qu'ils songent à tant de grains, jetés par toute la terre dans le champ du Seigneur ! C'est comme une seule voix de la chrétienté qui fait entendre ce cri :" Comme le cerf soupire après les sources d'eau vive, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu !"

   C'est donc aux enfants de l'Epoux, aux enfants de sa passion, aux enfants rachetés par son sang, aux enfants de sa croix, qui portent sur leur front le signe même de cette croix plantée par les ennemis sur le Calvaire, c'est à eux que ce psaume est chanté " pour l'intelligence.

   Que le désir de le comprendre s'avive donc en nous, et, s'il nous est chanté, comprenons-le.

   Mais que devons-nous comprendre en le chantant? J'ose répondre ici :' Ses perfections invisibles, son éternelle puissance et sa divinité sont, depuis la création du monde, aperçues par l'intelligence au moyen de ses oeuvres. (Rom. I, 20)

   Ah! mes Frères, partagez mon avidité, communiez avec moi dans ce mien désir: aimons ensemble, que la même soif nous brûle, courons ensemble à la source de l'intelligence!

   Désirons donc la source, comme le cerf; - non point cette source à laquelle aspirent pour la rémission de leurs péchés ceux qui ne sont pas encore baptisés - ; nous, les baptisés, désirons cette source dont parle ailleurs l'Ecriture :" En toi est la source de vie ".  ps XXXV, 10 Il est lui-même la source et la lumière " .

   S'il est la source et la lumière, il est encore l'intelligence, car il rassasie l'âme avide de connaître. Et la lumière qui éclaire cette âme n'est ni corporelle, ni charnelle, ni extérieur, mais toute intérieure: lumière intime, refusée à ceux qui ne comprennent pas.

   C'est pourquoi l'Apôtre, s'adressant à ceux qui désirent cette source de vie et déjà commencent à y puiser, les adjure en ces termes :" Vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance où ils sont et de l'endurcissement de leur coeur " . Eph , IV, 17,18) Si donc les "Gentils " n'ont qu'une intelligence obscurcie, s'ils sont dans les ténèbres faute de comprendre, c'est que ceux qui comprennent sont dans la lumière.

   Cours aux sources, désire les eaux vives ! En Dieu est la source de vie, source toujours jaillissante; en sa lumière, une clarté que rien ne saurait obscurcir. Aspire à cette lumière, à cette source, à cette lumière que ne connaissant pas tes yeux: lumière pour laquelle un regard intérieur est préparé; source pour laquelle brûle la soif du coeur.

   Cours à la source, désire la source - mais non d'une course quelconque, non point à la manière de n'importe quel animal: que ta course soit celle du cerf.

   Qu'est-ce à dire ? Que ta course ne se ralentisse pas; cours sans relâche, sans relâche désire la source. Car le cerf est l'emblème de la vélocité.

   Tue donc en toi tout ce qui s'oppose à la vérité, et quand tu te verras vide en quelque sorte des cupidités perverses, n'en reste pas là comme si tu n'avais plus rien à désirer. Il te faut aller au-delà si tu as fait en sorte que plus rien ne t'arrête. Tu me diras peut-être - si tu es, en effet, devenu (comme le) cerf - :" Dieu le sait: je ne suis plus avare, je ne jalouse plus le bien d'autrui, je ne brûle d'aucune convoitise adultère, je n'ai plus ni haine ni envie contre personne ." Tu me diras peut-être :" Je suis guéri de ces vices" et tu te demanderas où trouver tes délices ?

   Désire les eaux vives ! Dieu a de quoi te rassasier, de quoi combler qui vient à lui, tel le cerf rapide, après avoir tué les serpents de son coeur.

   Mais peut-être le cerf ne désire-t-il pas les sources pour s'y baigner ? Savons-nous s'il s'agit de se baigner ou de boire ? Ecoute ce qui suit et ne cherche pas davantage :" Mon âme a soif du Dieu vivant " (ps XLY,3) Dire :' Comme le cerf aspire aux sources d'eau vive, ainsi mon âme soupire après toi , ô Dieu !" , c'est dire aussi :" Mon âme a soif du Dieu vivant ." Mais de quoi a-t-elle soif ?

" Quand viendrai-je et paraîtrai-je devant la face du Seigneur ? "  Voilà de quoi j'ai soif : venir et paraître (devant la face du Seigneur ) . J'ai soif dans mon voyage, j'ai soif dans ma course : je serai rassasié à mon terme. Mais quand viendra ce terme ? Ce qui est rapide pour Dieu est lent pour qui désire .

" Quand viendrai-je et paraitrai-je devant la face du Seigneur ? "  Ce qui est rapide pour Dieu est lent pour qui désire .

" Quand viendrai-je et paraîtrai-je devant la face du Seigneur ? "

 

saint Augustin.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Septembre 2018

Pendant le synode pour les jeunes qui se tiendra à Rome au début de l’automne, l’abbaye de Solesmes ouvrira ses portes le 6 octobre à tous les jeunes qui se posent la question de la vocation ou s’interrogent sur la vie quotidienne d’un moine.

aleteia

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Septembre 2018

   C'est Nougat, un cousin de Caramel !

 

   Dans le prélude du sermon sur la montagne, qui est comme la charte de sa doctrine, Jésus appelle au bonheur du royaume toutes les âmes humbles, souffrantes, persécutées, douloureuses, comme vers le lieu du rafraîchissement et de la lumière. En compensation de toutes les misères de ce monde et comme encouragement dans les épreuves, il propose, à ceux qui l'aiment la divine espérances des Béatitudes. Ces promesses que Jésus apporte au monde sont un programme de vie.

  Le vrai bonheur n'est pas sur la terre, il est au ciel où toute justice sera enfin rétablie; tous ceux qui ont soif de justice seront rassasiés, ceux-là surtout qui ont conscience de leur impuissance à satisfaire ces aspirations et attendent tout de Dieu :" les pauvres en esprit"; la miséricorde obtiendra miséricorde et dès maintenant les doux et les pacifiques recevront leur récompense.

   Dans le coeur de tous l'espérance de l'entrée au royaume céleste fait luire un rayon de bonheur. " Ces béatitudes sont le grand coup d'ailes qui place l'enseignement de Jésus au-dessus de tout ce qui est bonheur purement humain, gloire humaine, et qui engage les disciples à regarder vers la lumière de Dieu.

   Il n'est pas douteux que le règne de Dieu ... ne soit proposé comme une récompense individuelle, promise à tous ceux qui sont pénétrés des dispositions requises. Ceux-là sont heureux , mais en espérance, cette espérance étant déjà pour eux un motif de béatitude, surtout ceux qui sont déjà pour eux un motif de béatitude, surtout pour ceux qui sont déjà exaucés.

   L'espérance , est un premier bonheur qui en attend un autre. Si Jésus est venu renverser en quelque sorte toutes les conceptions humaines sur la valeur et le sens du bonheur en cette vie, il n'a pas prêché un idéal de rêve qui n'aurait de réalité que dans l'avenir, et qu'on n'atteindrait qu''au prix d'une vie de souffrances sans merci.

   Dès maintenant ses disciples vivront dans la joie, ils la savourent au plus profond de leur coeur, mais c'est une joie divine, joie de l'espérance qui est sûre d'aboutir et qui puise dans les promesses un avant-goût de la plénitude du bonheur auquel elle tend et qu'elle mérite.

  ....

   " Laissez les enfants venir vers moi; ne les empêchez pas, car c'est  à leurs pareils qu'appartient le royaume de Dieu. En vérité, je vous le dis, quiconque ne recevra pas le règne de Dieu comme un petit enfant n'y entrera pas.  Mc X, 14

   Appartenir officiellement au royaume de Dieu sur terre, c'est-à-dire être membre de l'Eglise militante, n'est pas un gage infaillible de prédestination. Il demeure que, normalement cette appartenance doit conduire au royaume du ciel et qu'elle est pour le chrétien un motif d'espérance. C'est à Pierre qu'ont été confiées dès ici-bas les clefs du royaume des cieux.

   L'âme aimante désire sans trêve que le règne de son Dieu s'accroisse en elle et s'étende dans tout le monde, que la souveraineté divine soit acclamée. C'est le voeu le plus ardent du fidèle, qui supplée par le désir ce que sa bonne volonté ne peut obtenir d'elle-même; elle prie pour que toutes les places soient occupées dans le banquet céleste et que la terre devienne un peu un ciel, où Dieu règne sans conteste et par l'amour.

rp Spick op +

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 8 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0