Publié le 13 Novembre 2020

 

 

 

L'attaque contre l'église suédoise intervient au milieu d'une vague d'églises attaquées à travers l'Europe, principalement par des islamistes.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 13 Novembre 2020

 

 

 

 

Enregistrement du concert théâtral Le Petit Mozart dans la salle de concert du Théâtre Mariinsky. Fyodor Ukhatov, soliste dans les airs, est un élève de la 7ème forme à l'école chorale de Glinka. Trio - Elèves de la 7ème classe de l'école chorale Alexander Palekhov et Fyodor Ukhatov et élève de 1ère année de l'école Ivan Fomin. La fête du clavecin - élève de 6ème année de l'école de chant Ivan Lisanov. L'orchestre du Théâtre Mariinsky. Chef d'orchestre - G. Petrosyan.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 13 Novembre 2020

 

« Pensez a ces lieux où les hommes attendent avec angoisse un prêtre, où, depuis des années, ressentant son absence, ils ne cessent de souhaiter sa présence. Il arrive parfois qu’ils se réunissent dans un sanctuaire abandonné et qu’ils mettent sur l’autel l’étole encore conservée et récitent toutes les prières de la liturgie eucharistique ; et voici qu’au moment qui correspondrait à la transsubstantiation, descend parmi eux un profond silence, parfois peut-être interrompu par un sanglot... tant ils désirent ardemment entendre les paroles que seules les lèvres d’un prêtre peuvent prononcer efficacement ! Ils désirent si vivement la communion eucharistique, à laquelle ils ne peuvent participer que par l’intermédiaire du ministère sacerdotal, et ils attendent de même avec tant d’anxiété de pouvoir entendre les paroles divines du pardon : Ego te absolvo a peccatis tuis ! ils ressentent si profondément l’absence d’un prêtre au milieu d’eux !... De tels lieux ne manquent pas dans le monde. Si donc quelqu’un parmi vous doute du sens de son sacerdoce, s’il pense que celui-ci est " socialement "infructueux ou inutile, qu’il réfléchisse sur tout cela ! »
 
saint Jean Paul II
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Novembre 2020

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 12 Novembre 2020

 

 

 

 

 

Y a-t-il déjà un autre miracle possible attribué par l'intercession du bienheureux Carlo Acutis?

Alors que Carlo était encore Vénérable, un deuxième miracle s'est produit attribué par son intercession, c'est un autre miracle retentissant et possible aussi, cela s'est produit dans la même paroisse où le premier miracle a eu lieu qui a conduit Carlo aux autels, dans la paroisse de San Sebastián au Brésil. Un jeune homme nommé Gabriel Terron, n'avait pas de vie cérébrale, était dans un état végétatif, mais en priant avec la Relique de Carlo Acutis, il retourna à sa vie presque normale, c'était quelque chose d'incroyable, il commença à se remettre rapidement.

MIRACLE! Ses parents sont appelés à témoigner, notamment dans les collèges de médecine professionnelle pour témoigner de cet événement miraculeux survenu avec leur fils. Bien sûr, qui doit dire officiellement si c'était un miracle ou non, c'est l'autorité de l'Église, en temps opportun, à travers une étude approfondie et bien détaillée, mais cela ne nous empêche pas de réaliser l'évidence: Carlo Acutis a intercédé pour le restauration de la santé dans la vie du jeune Gabriel, qui a servi comme assistant dans la paroisse. Plein de joie, de nombreux fidèles de Carlo Acutis célèbrent ce deuxième miracle dans toutes les parties du monde, qui s'il devait être vérifié serait une étape très importante pour que sa canonisation puisse avoir lieu, alors nous prions et demandons que la volonté soit faite en tous de Dieu, il saura quand tout cela arrivera. Juste comme cela, il y a beaucoup d'autres miracles attribués par l'intercession de Carlo, qui sont étudiés et analysés très soigneusement, qui, s'ils sont vrais et authentiques, seraient un grand exemple de la Sainteté qui est dans le bienheureux Carlo Acutis.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 12 Novembre 2020

 

Dès son plus jeune âge, il a été envoyé par son père pour apprendre le métier de commerçant. C'était un jeune homme idéaliste et rêveur. Derrière le comptoir, il passe ses journées à lire la vie des saints et à rêver d'héroïsmes impossibles. Il s'est rendu compte que ce n'était pas pour lui. Il s'approcha ensuite du monastère de la Sainte Trinité de Vilna où il était moine, prieur et abbé. En 1618, il devint l'archevêque de la ville de Polazk, en Biélorussie. Il fit plusieurs réformes des coutumes monastiques dans la région et réalisa un grand nombre de conversions. Beaucoup de gens étaient contre ses idées et il a été poignardé par un groupe de fanatiques orthodoxes. Leur cadavre a été jeté dans la rivière Dune.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 12 Novembre 2020

 

 

 

 

 

trop sympas,  un peu de bonheur sans masque dans ce monde désaxé....

My prayers for Nikita, the best. il a pu avoir la messe, quelle misère.. ! thank you very much... 

my ray of sunshine!  . 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 11 Novembre 2020

 

Bienheureux Juan Gonga Martínez, laïc et martyr Il est né à Carcagente, province de Valence, Espagne, le 25 mars 1912 et a été martyrisé à Simat de Valldigna, région de Valence, Espagne, le 13 novembre 1936 Béatifiée par Saint Jean-Paul II le 11 mars 2001 Il est célébré le 13 novembre

Il est né à Carcaixent, province de Valence, Espagne, le 25 mars 1912. Il a fait ses études à l'école de PP. Franciscains et dirige sa nature rebelle et ardente vers la poursuite de nobles causes.

Une maladie l'empêche de suivre son désir d'être prêtre et il décide alors d'être un militant chrétien avec toutes ses conséquences. Il travaille comme clerc et fait de son travail le premier cadre de son apostolat fructueux. Il s'inscrit à l'Action catholique et travaille activement dans les cercles d'étude et la catéchèse. Assidu aux sacrements, il transforme également sa religiosité en soin des pauvres.

En vue du mariage, il établit des relations avec la jeune Josefina Millet, mais le martyre lui est arrivé à l'âge de 24 ans, avant qu'il ne puisse se marier.

Lorsque les églises furent fermées le 18 juillet 1936, il assista aux messes clandestines de l'aumônier de l'Action catholique, et en quitta l'une le 25 juillet lorsqu'il fut arrêté.

Libéré, il pensa que la chose la plus prudente était de quitter la ville. Mais il est revenu le 13 novembre pour voir sa famille et, après avoir été reconnu, il a été de nouveau arrêté. Emmené cette nuit-là sur la route des Tavernes de Valldigna, il a compris qu'ils allaient lui tirer dessus.

Il a sorti son crucifix, l'a présenté à ses bourreaux et a dit qu'il leur a pardonné comme Jésus a pardonné à ceux qui l'ont tué. Pour cette raison, ils l'ont appelé plus tard «le garçon de la croix». Il a ensuite été abattu.

Il a été béatifié le 11 mars 2001 par Saint Jean-Paul II.

 

 

Bienheureux José López Piteira

martyr 

«Jeune cubain d'origine espagnole. Un Augustin qui aurait pu être libéré de la mort qui planait sur lui en raison de sa condition religieuse, mais qui a choisi de verser son sang pour le Christ en martyr dans la guerre d'Espagne de 1936 »​​​​​​

 La Divine Providence a voulu que ce jeune homme, le premier cubain bienheureux, défendant sa foi au Christ, vienne verser son sang en Espagne, la terre de ses ancêtres, bien qu'il ait porté l'île clouée dans son cœur jusqu'à son dernier souffle Femme des Caraïbes qui l'a vu naître. Mais un apôtre est un citoyen du monde, un vaste territoire conquis petit à petit en donnant tout, comme le Christ l'exige dans l'Évangile, pour que tout lieu où il est conduit pour la volonté divine devienne une destination aimée et inaliénable. Et ce que Joseph avait à l'esprit à tout moment, ainsi que la grâce divine qui l'éclairait, ne le faisait pas chanceler du tout précisément quand il faisait face à la mort brutale que d'autres lui imposaient. Il n'est pas aussi connu dans le monde que les autres martyrs,

 

Un jour du début du XXe siècle, son humble famille a quitté la noble terre de Galice pour gagner sa vie, comme tant de compatriotes. Ils étaient là, sous la garde des grands-parents, deux de leurs enfants, auxquels ils diraient adieu avec une immense douleur. Dans leurs bagages, ils portaient la foi héritée de leurs parents comme un trésor précieux qu'ils devaient transmettre à leurs nombreux descendants. José est né à Jatibonico, Cuba, le 2 février 1912. Il était le cinquième des enfants venus au monde dans cette maison créée par Emilio et Lucinda, et le deuxième des garçons; plus tard, cinq autres descendants naîtraient.

 

Au milieu de son enfance, peu avant ses cinq premières années de vie, José est retourné en Espagne avec ses parents. Bien qu'il n'y ait pratiquement aucune information sur son enfance, il doit avoir été l'un de ces enfants qui ne créent pas de problèmes. Il a étudié l'internat avec les bénédictins de Santa María de San Clodio, de la municipalité de Leiro, Orense, faisant ainsi ses premiers pas vers la vie religieuse. Ses parents auraient sûrement de grands espoirs pour lui. Après avoir terminé ses études, il rejoint les Augustins de Leganés, Madrid. Il professa avec eux en 1929 et continua sa formation au monastère de San Lorenzo del Escorial. Les qualités qu'ils appréciaient en lui à cette époque de sa vie ont été mises en évidence en soulignant son «caractère de bonne humeur, facile à vivre, enthousiaste et attentif».

 

Et en effet ce ne serait pas un mauvais religieux quand un an avant de devenir prêtre, moment qu'il attendait avec joie, son avenir en tant que Vicaire apostolique de Hai Phòng, au Vietnam, était déjà décidé. Ses supérieurs avaient entrevu en lui les qualités et les vertus qui le configuraient comme un grand apôtre. Il n'est pas parti et ne pouvait pas non plus recevoir le sacrement de l'Ordre. Ses rêves ont été violemment tronqués lorsqu'il a été arrêté le 6 août 1936 avec ses frères religieux au milieu de la guerre fratricide d'Espagne. L'ancienne école madrilène de San Antón, qui appartenait aux pères piaristes, où tant d'étudiants ont forgé et partagé leur foi - parmi d'autres Fernando Rielo, fondateur des missionnaires identes -, ensuite convertie en prison,

 

Lorsque les efforts déployés par les membres de sa famille en difficulté auprès des autorités cubaines se sont concrétisés, dans un geste de courage et de cohérence, le bienheureux a décliné l'offre de sa libération. Et son courage apostolique, plein de charité, s'est manifesté dans sa volonté inébranlable de faire jusqu'au bout les mêmes pas que ses frères de la communauté: «Vous êtes tous ici qui avez été mes éducateurs, mes professeurs et mes supérieurs. vais-je le faire en ville? Je préfère suivre la chance de chacun, et tout ce que Dieu veut! " C'est ainsi qu'il l'a déterminé, catégoriquement, désireux d'accomplir la volonté divine. Les visages de ses supérieurs et de ses entraîneurs le dévisagèrent avec choc. Et avec eux il partagea de nombreuses souffrances en quatre mois environ marquées par la privation et l'angoisse,

 

Il fut exécuté le 30 novembre 1936, avec 50 autres religieux augustins, s'exclamant: «Vive le Christ Roi!», Tout en renouvelant l'acte suprême de pardon appris du Rédempteur envers ceux qui l'ont privé de sa vie; ainsi ils ont ouvert les portes du ciel.
 
 Il avait 24 ans. Il a été béatifié le 28 octobre 2007, avec 497 martyrs de la persécution, par le cardinal Saraiva, en tant que délégué de Benoît XVI. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 11 Novembre 2020

 

 

 
 
 
PRIÈRE DU PAUVRE FANTASSIN MOURANT SUR LE PLATEAU 

(...) Et maintenant que je m’en vais mourir, mon Jésus, je veux vous faire ma dernière prière, après tant de prières du matin et de prières du soir, en me levant pour tant de jours, en me couchant pour tant de nuits. Ma dernière prière du soir, couché pour la nuit, ma prière de la mort.
 
Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi-soit-il !
 
Je ne peux pas faire le signe de la croix, mon Dieu. Mes bras sont cloués à la terre. Mais tout mon corps, mon Jésus, étendu avec ses bras ouverts, est-ce qu’il ne fait pas comme un grand signe de croix à la face du ciel ?
 
Mon Dieu, regardez le signe de croix que fait mon corps tout en entier.
 
Ne vous est-il pas agréable de voir comme me voilà mis, comme je rappelle votre divin Fils sur sa croix !...
 
Comme nous voici, bon Jésus, réduits au même point ! Vous sur votre croix, moi sur la mienne de terre Sanglante, vous sur la vôtre de bois sanglant.
 
Depuis que vous avez quitté votre Mère et depuis que j’ai quitte ma mère, la même vie de pauvreté et de travail.
 
Et deux ans, trois ans, à marcher en tous les sens, sur toutes les routes, sans maison à nous, bien ou mal reçus chez les gens...
 
Et finir par ces deux jours, de vie ou de mort, on ne sait pas, de longue mort plutôt, vous la Passion, moi la bataille.
 
Comme ils nous ont arrangés tous les deux ! Le front déchiré, les bras cassés, les mains ouvertes, le corps arraché. Par les fouets de votre flagellation, par les éclats de mes obus.
 
Et votre rouge manteau. Et ma capote rouge du sang qui l’a teinte, du sang qui coule chaud le long de mes bras, sur mes membres, et qui endort mes plaies. Il a fait mon manteau à la couleur du vôtre. Et l’oppression de ma poitrine qui est bien lourde. Comme vous sur la croix...
 
... J’ai soif !

Je n’en puis plus.
 
La nuit vient sur la terre. Mes yeux ne voient plus les étoiles ni les éclatements tout proches, comme les éclairs autour du Calvaire. Je veux fermer les yeux à tout et ne plus voir que vous. Il n’y a d’ailleurs que vous avec moi. Comme je suis seul, mon Jésus ! Les camarades sont passés, continuant la bataille vers Bouchavesnes. D’autres ont passé qui m’ont donné à boire. D’autres qui m’ont pris pour mort. Brancardiers !... Je ne puis pas tourner la tête pour voir ni lever la main pour faire signe. Ce n’est pas la peine d’appeler. Je reste donc seul... avec vous, comme vous. Que vous êtes bon d’avoir voulu que je sois seul ! Et que ma sœur, et ma fiancée, et ma mère ne soient pas là, à nous faire souffrir davantage, à nous déchirer le cœur deux fois. Vous aviez vu votre vieille Mère qui vous voyait mourir. Et vous n’avez pas voulu que la mienne me voie ! C’est la Sainte Vierge qui, à sa place, me prend dans ses bras.
 
... Mère, voici votre enfant.
 
Dans ses bras, mon Jésus, je veux rester seul avec elle et vous, et ne plus penser qu’à vous, qui êtes mort pour moi et mes pauvres péchés.

Mes péchés ! Je n’y pensais pas !
 
Mon Dieu, je vous demande pardon d’avoir osé me mettre à côté de vous, pour me comparer. Ce n’est pas à vous, c’est aux voleurs qui vous entourent que je ressemble, au bon, par votre grâce, si vous le voulez bien.

Vous, mon Jésus, c’est pour rien que vous souffrez. Moi, c’est pour mes montagnes de pauvres fautes. 

Vous, c’est injuste. Moi, c’est juste. C’est mérité. J’accepte que c’est bien médité.

... Mon Dieu, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.
 
Et maintenant, mon Dieu, pardonnez-moi mes offenses, comme je pardonne à ceux qui m’ont offensé.
 
Une voix. — Dominus noster Jésus Christus te absolvat.
 
Souvenez-vous de moi maintenant que vous êtes dans votre paradis.

Mon Jésus... j’ai soif...

Une voix. — Corpus Domini Nostri Jesus Christi custodiat animant tuam in vitam æternam.
 
Vous qui avez été abandonné par votre Père, pourquoi ne m’avez-vous pas abandonné ?... Merci d’être si doucement auprès de moi. 
 
Tout est fini... 
 
... Mon Dieu, je rends mon âme dans vos mains. 
 
Au nom du Père... et du Fils... et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il !
 
(Paul Doncœur, s. j., Prières du pauvre fantassin et de sa mère, Lethielleux, 1917)

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 11 Novembre 2020

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0